Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • En direct : "Je veux que tous les enfants de France soient fiers de leur pays", dit Valls

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

EUROPE

Le "Times" et le "Guardian" lâchent Gordon Brown

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

Nouveau coup dur pour le Premier ministre qui mène campagne pour les législatives du 6 mai. Alors que le soutien des médias jouent traditionnellement un rôle important, le "Times" et le "Guardian" ont annoncé qu'ils se détournaient des travaillistes.

AFP - Deux journaux britanniques clefs, le Guardian et le Times, ont encouragé leurs lecteurs samedi à tourner le dos au Labour lors des législatives du 6 mai, rendant la campagne encore plus ardue pour le parti de Gordon Brown à la traîne dans les sondages.

Le rebond qu'espéraient les travaillistes à l'occasion du dernier débat télévisé de jeudi, pour effacer une gaffe du Premier ministre piégé par un micro alors qu'il qualifiait une retraitée de "sectaire", ne s'est pas produit. Les conservateurs et les libéraux-démocrates gardent l'avantage.

Le Guardian (centre-gauche) a annoncé dans un éditorial samedi qu'il rompait avec son soutien traditionnel aux travaillistes pour endosser les libéraux-démocrates, qui ont fortement progressé dans les sondages grâce à la bonne performance de leur leader Nick Clegg dans les débats télévisés.

"Si le Guardian devait voter aux législatives de 2010, il donnerait son vote avec enthousiasme aux libéraux-démocrates", écrit le journal, approuvant le soutien des "lib dems" à une réforme du système électoral.

Le Guardian souligne qu'en refusant de remplacer Gordon Brown avant les élections, les travaillistes "ont perdu l'opportunité de se renouveler".

Le même jour, le Times (centre-droit) a annoncé appuyer les conservateurs menés par David Cameron, une première pour le journal depuis 18 ans: "L'argumentaire de M. Brown pour cette élection est que les électeurs ne devraient pas risquer de mettre en danger la reprise économique, en votant conservateur. Mais il ne comprend pas que la plus grande menace, c'est de continuer à faire la même chose". "Il est temps de voter à nouveau conservateur".

L'hebdomadaire The Economist, qui avait soutenu les travaillistes sous Tony Blair, a appelé jeudi à voter pour les conservateurs. Gordon Brown avait perdu dès la fin septembre le soutien du tabloïd The Sun, le journal le plus lu du pays avec un tirage d'environ 3 millions exemplaires.

Le Sun, comme le Times, appartiennent à l'empire du magnat d'origine australienne Rupert Murdoch, qui avait jeté son poids derrière Tony Blair en 1997, contribuant à une victoire du Labour.

Ces annonces interviennent alors qu'un sondage Harris pour le Daily Mail place le labour à 24% des intentions de vote, contre 32% aux lib dems (+3 points), au coude à coude avec les tories crédités de 33%.

Dans une interview au Guardian, Nick Clegg affirme que la campagne est désormais "une course à deux" entre les lib dems et les tories.

"Les gens ont limité leur choix à deux partis, et je pense que ce choix maintenant, pour une personne qui a un point de vue progressiste, se pose entre les conservateurs et les libéraux-démocrates".

Cependant, un autre sondage YouGov pour le Sun, place le labour et les lib dems à égalité avec 28% des intentions de vote, distancés par les tories qui récoltent 34%.

Avec un écart aussi réduit, aucun parti ne disposerait de majorité absolue aux Communes, une situation qui conduirait à la recherche d'une alliance où les lib dems se présenteraient en faiseurs de roi.

Tony Blair a averti samedi que voter pour les lib dems "n'était pas sérieux" et mis en garde contre la perspective d'un parlement sans claire majorité, dans une interview au Times. "Cela débouchera sur un leadership indécis, à des marchandages entre les partis à une période où notre économie redémarre mais est encore fragile. Nous n'avons pas besoin de cela".

Par ailleurs, Gordon Brown a estimé qu'il avait payé "au prix fort" sa gaffe vis-à-vis d'une retraitée. Il s'est dit déterminé à "se battre jusqu'à la dernière minute pour cette élection", dans une interview au Daily Telegraph.

Première publication : 01/05/2010

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Le conservateur David Cameron donné vainqueur du dernier débat télévisé

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Piégé par son micro resté ouvert, Gordon Brown traite une électrice de sectaire

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Nick Clegg, l'outsider qui venait d'en haut

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)