Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

François Hollande revient à Florange

En savoir plus

Asie - pacifique

Bras de fer attendu entre Ahmadinejad et Clinton au siège des Nations unies

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

La secrétaire d'État américaine redoute que le président iranien ne "détourne l'attention" de la conférence de suivi du traité de non-prolifération nucléaire (TNP), qui débute ce lundi à New York.

AFP - Quelque 150 pays se retrouvent lundi aux Nations unies à New York pour la conférence de suivi du traité de non-prolifération (TNP), dont la journée d'ouverture pourrait tourner au bras de fer entre Mahmoud Ahmadinejad et Hillary Clinton.

Le président iranien conduira la délégation de son pays à New York, tandis que les Etats-Unis seront représentés par la secrétaire d'Etat.

Or, la conférence sur le TNP, qui vise à progresser en matière de désarmement et à renforcer la surveillance des programmes nucléaires dans le monde, survient pendant que le Conseil de sécurité débat d'un projet américain de nouvelles sanctions contre l'Iran.

L'administration américaine accuse la République islamique de chercher à se doter secrètement de l'arme atomique, alors que Téhéran assure que son programme d'enrichissement d'uranium est uniquement civil. M. Ahmadinejad devrait à nouveau marteler ce thème à la tribune de l'ONU, malgré les doutes croissants de la communauté internationale.

"La nation iranienne a des choses à dire et des propositions très concrètes à faire à propos des armes nucléaires qui représentent la plus grande menace pour la sécurité mondiale", a dit M. Ahmadinejad, qui a quitté Téhéran dimanche pour New York, selon la télévision d'Etat.

Mais la secrétaire d'Etat américaine a mis en garde à plusieurs reprises le président Ahmadinejad contre la tentation de "détourner l'attention" de la conférence.

"Si les Iraniens viennent pour dire: +nous sommes prêts à nous conformer au traité de non-prolifération+, ce sera une nouvelle bienvenue. J'ai le sentiment que ce n'est pas la raison pour laquelle ils viennent. Je pense qu'ils viennent pour détourner l'attention et embrouiller les choses", a-t-elle déclaré dimanche sur la chaîne NBC.

La conférence se poursuivra juqu'au 28 mai. La dernière révision quinquennale du TNP, en 2005, avait déjà été enflammée par des enjeux politiques immédiats, et n'avait pas même débouché sur un document final.

Il y avait cinq Etats nucléaires (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) en 1970, quand le traité est entré en vigueur. Il y en a aujourd'hui quatre de plus: la Corée du Nord, l'Inde, Israël et le Pakistan.

Première publication : 03/05/2010

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Reprise des négociations sur d'éventuelles sanctions contre Téhéran

    En savoir plus

  • SÉCURITÉ NUCLÉAIRE

    Nicolas Sarkozy demande à l'ONU de prendre des sanctions contre l'Iran

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le nucléaire iranien au cœur des discussions entre Obama et Hu Jintao

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)