Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Asie - pacifique

Le dirigeant Kim Jong-il en visite en Chine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-il est arrivé en Chine par un train spécial blindé. Il s'agit de son premier voyage à l'étranger depuis l'attaque dont il a été victime en 2008. La raison de sa visite n'a pas été communiquée officiellement.

AFP - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il est arrivé en Chine lundi à l'aube, a confirmé un responsable du bureau du tourisme chinois à la frontière entre Chine et Corée du Nord, dans le nord-est de la Chine.

"Kim Jong-Il est arrivé vers 05h00" (21h00 GMT dimanche), a déclaré ce responsable du Bureau officiel du Tourisme du pont de l'amitié, reliant la Chine et la Corée du Nord, à Dandong, principal poste frontière entre les deux pays, dans la province chinoise du Liaoning.

Auraparavant, "nous avions reçu une directive du Bureau de la sécurité publique (police) et de l'armée nous demandant d'arrêter les opérations touristiques dans la matinée", a aussi indiqué ce responsable, sans dire son nom.

"Le pont est rouvert et la police n'empêche plus les gens d'entrer", a-t-il précisé dans la matinée.

La police ferroviaire à Dandong a refusé de confimer l'arrivée de Kim Jong-Il: "ce n'est pas quelque chose que je dois vous dire et je ne vous le dirai pas", a répondu un responsable contacté par téléphone à l'AFP.

L'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant des sources non identifiées à Séoul et Pékin, avait un peu plus tôt annoncé qu'un train transportant probablement le dirigeant nord-coréen était arrivé à la frontière avec la Chine tôt lundi matin.

"Nous avons confirmé l'arrivée d'un train spécial à Dandong et nous pensons qu'il est hautement probable que le président (nord-coréen) se trouve à bord", avait déclaré un responsable, selon l'agence, qui avait affirmé que ce train se dirigeait vers Dalian, à quelque 296 kilomètres au sud de Dandong, dans l'extrémité sud de la péninsule du Liaoning, la destination finale étant Pékin.

Une employée de la gare de Dalian a confirmé, sous couvert de l'anonymat, qu'"un train spécial venant de Corée du Nord" était attendu.

"Nous ne savons pas quand il arrivera. Normalement le trajet Dandong-Dalian est de quatre heures mais il n'est pas encore là", a-t-elle indiqué en fin de matinée.

"On ne nous a pas dit quand il arriverait ni qui est à bord de ce train spécial", a-t-elle précisé.

Les médias japonais et sud-coréens avaient spéculé sur un probable voyage de Kim en Chine fin avril.

Selon les analystes, les Chinois profiteraient de la visite de Kim pour l'inciter à revenir à la table des négociations à six sur le dossier nucléaire nord-coréen. Ces discussions réunissant les deux Corées, le Japon, les Etats-Unis, la Russie et la Chine sont suspendues depuis avril 2009.

Le numéro deux du régime de Pyongyang, Kim Yong-Nam, a rencontré vendredi le président chinois Hu Jintao en marge des cérémonies d'inauguration de l'exposition universelle de Shanghaï sans que rien n'ait filtré sur la teneur de leur entretien.

Kim, qui est réputé ne pas aimer voyager en avion, s'est rendu en Chine en train en 2000, 2001, 2004 et 2006.

Première publication : 03/05/2010

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Une torpille parmi les causes "les plus probables" du naufrage du navire de guerre sud-coréen

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Un Américain écope de 8 ans de travaux forcés pour entrée illégale dans le pays

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Le premier recensement en quinze ans donne un éclairage inédit sur le pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)