Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Amériques

Les "Dames en blanc" autorisées pour la première fois à manifester

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

C'est une véritable petite victoire pour les "Dames en blanc", ces épouses et mères de prisonniers politiques : pour la première fois ce dimanche, lors de leur défilé hebdomadaire dans les rues de la Havane, la police n'est pas venue les inquiéter.

REUTERS - Les "Dames en blanc", épouses et mères de prisonniers politiques cubains, ont défilé dans les rues de la Havane lors de leur manifestation hebdomadaire dimanche sans être interrompues ni arrêtées par les forces de l'ordre.

Il s'agit d'une victoire pour le groupe d'opposition après plusieurs tentatives gouvernementales de museler ces femmes en dépêchant sur le parcours du cortège des partisans du pouvoir.

Comme elles le font depuis maintenant sept ans, les "Dames en blanc" se sont rassemblées à l'église de Santa Rita. Fleurs blanches à la main, elles ont défilé dans les rues du quartier huppé de Miramar. Il n'y a eu aucune arrestation.

Le cardinal cubain Jaime Ortega, à la tête de l'Eglise catholique cubaine, a indiqué aux journalistes qu'il avait demandé au gouvernement de ne pas réitérer les "évenements douloureux" des deux derniers dimanches. La semaine dernière, un groupe de partisans du gouvernement ont encerclé et pris à partie les femmes pendant près de sept heures.

En milieu de semaine, les autorités lui ont fait savoir que les femmes pourraient défiler dimanche sous certaines conditions. "Ce geste est une bonne chose", a estimé Ortega.

Cuba accuse les "Dames en blanc" d'être "des mercenaires" travaillant pour le compte des Etats-Unis et de l'Union européenne pour renverser le gouvernement communiste.

Les "Dames en blanc" défilent depuis l'arrestation d'un groupe de 75 opposants en 2003.

Première publication : 03/05/2010

COMMENTAIRE(S)