Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Tony Parker : "On n'a jamais eu autant de talents dans notre équipe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

Sports

Leurs clubs s’inclinent, ils jubilent

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 03/05/2010

L’Inter Milan et Chelsea ont pris une sérieuse option ce week-end pour remporter leur championnat respectif. Leurs victoires ont été curieusement fêtées par les supporters de leurs adversaires du jour. Explications.

"L'ennemi de mon ennemi est mon ami." Cette maxime s’est vérifiée ce week-end sur plusieurs terrains de football européens. En course pour remporter le championnat de leur pays respectif, l’Inter Milan et Chelsea ont bénéficié d’un drôle de coup de pouce de leurs adversaires pour gagner sans forcer. Des victoires qui ont provoqué la joie des supporters des équipes perdantes. Embarrassant…

Haine démesurée

Opposés à une Lazio très passive sur le terrain, l’Inter Milan de José Mourinho s’est imposé par 2 buts à 0 au Stade Olympique de Rome. Une victoire facile saluée avec fracas par les supporters hilares…de la Lazio. Ces derniers furent ravis de voir l’Inter reprendre à l’AS Roma, leur ennemi intime, la tête de la Serie A avec deux points d’avance. Un coup de poignard à deux journées du dénouement final, qui s’explique par la haine démesurée que se vouent les supporters des deux clubs rivaux de la capitale où les derbys sont souvent émaillés d’incidents.


Aussi incroyable que cela puisse paraître, les supporters de la Lazio ont encouragé les Intéristes tout au long de la partie, et ce, alors que leur club, classé seizième, n'a pas encore mathématiquement assuré son maintien. Après le premier but de l’Inter, une banderole sarcastique, sur laquelle était écrit "Oh nooo", fut dévoilée dans une des tribunes du Stade Olympique, en liesse, comme pour lever l’ombre d’un dernier doute. "Je crois qu'aujourd'hui, il n'y a pas que la Lazio qui a perdu, mais le sport et en particulier notre football", a déploré, sans illusions, un des dirigeants de la Roma, Gian Paolo Montali.

Une défaite au goût particulier


Mais ce match n’est pas le seul à remettre en cause l’équité sportive. En Angleterre, le hasard du calendrier a provoqué le même scénario lors du match entre Liverpool et Chelsea. Au coude à coude avec Manchester United en Premier League, où seul un point sépare les deux ténors du football anglais, les Blues se sont imposés par 2 buts à 0 à Anfield pour rester en tête du championnat. Loin de désoler les supporters de Liverpool, cette défaite a un goût particulier. Car un succès de leur équipe, par ailleurs amorphe dimanche, aurait largement arrangé les affaires de Manchester United, leur ennemi juré, dans la course au titre. Et ce, sachant que les deux clubs sont à égalité en termes de palmarès avec dix-huit titres de champion d’Angleterre chacun…

Pour ne rien arranger, l’Ivoirien Didier Drogba a mis sur orbite son équipe en ouvrant la marque à la suite d’une passe décisive de… Steven Gerrard. La passe en retrait du capitaine des Reds vers son gardien s’est transformée en offrande pour le buteur de Chelsea. De quoi entretenir pendant de longues années une animosité entre les deux camps.

Première publication : 03/05/2010

COMMENTAIRE(S)