Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"La France est au bord d’une situation très dure"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’intérêt fondamental de Poutine, c’est de se rapprocher de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le festival de la BD d’Angoulême sous le signe de "Charlie Hebdo"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les mutuelles ne gagnent pas d'argent !"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : 35 militants indépendantistes basques devant la justice

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hezbollah : vers une nouvelle guerre ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Tempête Juno aux États-Unis : la "snowcalypse" n'a pas eu lieu

En savoir plus

REPORTERS

Centrafrique, le convoi de l’espoir

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Panique boursière à Athènes

En savoir plus

FRANCE

Kouchner craint que l'interdiction du voile intégral ne s'attire les critiques internationales

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

Pour le ministre français des Affaires étrangères, le projet de loi interdisant le port du voile intégral dans l'Hexagone risque de s'attirer les critiques des pays particulièrement attachés à la liberté religieuse.

AFP - Le chef de la diplomatie, Bernard Kouchner, a déclaré dimanche s'attendre à des critiques dans le monde à propos d'un projet de loi en France interdisant le port de la burqa, et a reconnu en avoir parlé au Conseil des ministres.

"C'est ce que j'ai dit au Conseil des ministres: les Etats-Unis tiennent à la liberté religieuse et il y aura beaucoup d'ONG et de fondations américaines qui voudront démontrer notre erreur", a-t-il précisé à Europe 1 et au journal Le Parisien/Aujourd'hui en France.

"Il y aura aussi bien sûr des pays d'Europe qui vont protester, le Danemark, les Pays-Bas, etc", comme "un certain nombre de pays musulmans, par exemple au Pakistan, en Turquie, (où) nous serons critiqués", a-t-il ajouté.

Enfin "il y aura un dernier pays, l'Arabie Saoudite, qui dira +chez vous vous avez le droit de faire ce que vous voulez, mais chez moi j'ai également le droit de faire ce que je veux, comme par exemple de ne pas faire conduire les femmes+", a fait valoir le ministre. "Le Maroc comprendra, comprend déjà, c'est un pays où l'islam n'est pas oppressif".

Interrogé pour savoir s'il était pour l'interdiction totale de la burqa, il a répondu: "Faire la différence entre lieux publics et pas publics est finalement un peu démagogique et pas possible".

"Nous avons peut-être besoin d'une loi, j'ai compris que pour la dignité de la femme, il fallait le faire". "Il ne s'agit pas d'une affaire religieuse, il s'agit d'une affaire de dignité, de solidarité, de compréhension de la marche du monde", a-t-il dit.

Le gouvernement projette d'interdire le port de la burqa. Un projet de loi doit être présenté au Conseil des ministres le 19 mai avant un examen à l'Assemblée nationale en juillet.

Première publication : 03/05/2010

COMMENTAIRE(S)