Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Asie - pacifique

Verdict attendu pour le seul accusé survivant des attentats de Bombay

©

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

Le verdict du procès de Mohammed Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", doit être rendu lundi. Le Pakistanais de 22 ans est le seul survivant du commando islamiste présumé dont les attaques contre des hôtels de Bombay avaient fait 166 morts en 2008.

AFP - Le procès d'un Pakistanais de 22 ans, seul accusé survivant du commando islamiste présumé responsable des attentats de Bombay qui ont fait 166 morts en novembre 2008, s'est achevé mercredi et le verdict sera prononcé le 3 mai, a annoncé le procureur.

Mohammed Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", est soupçonné d'être l'un des membres du commando de dix hommes lourdement armés qui ont semé la mort du 26 au 29 novembre 2008 dans des hôtels de luxe, un restaurant touristique, la principale gare et un centre juif de Bombay. Il encourt la peine de mort.

Il est notamment poursuivi pour "actes de guerre" contre l'Inde, "meurtres et tentatives de meurtres et violation de la législation sur les armes et les explosifs" après le raid sanglant qualifié par la presse de "11-Septembre de l'Inde".

Le procès s'était ouvert mi-avril 2009 devant un tribunal spécial au sein d'une prison de la capitale économique.

"Le procès est terminé et les poursuites ont mis en évidence les liens entre Kasab, le LeT (Lashkar-e-Taiba, groupe islamiste pakistanais) et le Pakistan", a affirmé le procureur Ujjwal Nikam à des journalistes à la sortie du tribunal.

Kasab, vêtu d'une longue chemise blanche traditionnelle de son Etat natal du Penjab au Pakistan, est resté silencieux à la fin du procès.

Lors des derniers débats, le procureur l'avait qualifié Kasab de "meurtrier complice et pervers" entraîné par le LeT.

L'Inde, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont imputé les attentats de Bombay au LeT. New Delhi a en outre dénoncé la complicité de services de renseignements militaires pakistanais.

"Aujourd'hui mon travail débute. Le 3 mai sera le jour du jugement", a déclaré pour sa part le juge M.L. Tahaliyani.

Kasab avait dans un premier temps plaidé non coupable, mais en juillet dernier il avait provoqué un coup de théâtre en avouant pour la première fois avoir été parmi les terroristes ayant ouvert le feu au fusil d'assaut AK-47 et lancé des grenades dans la gare de Bombay. Cinquante-deux personnes avaient été tuées.

"Allez-y, pendez-moi !" avait-il lancé au juge. Il était ensuite revenu sur ses aveux en décembre, affirmant avoir été victime d'un coup monté de la police après son arrivée à Bombay pour tenter une carrière dans l'industrie du cinéma.

L'avocat de Kasab, K.P. Pawar, a déclaré à la presse qu'il avait montré les "invraisemblances" de cette affaire et que la confession de son client faite devant un magistrat pendant sa détention préventive n'était "rien d'autre qu'un document manipulé et fabriqué".

Les autres membres du commando soupçonnés d'être impliqués dans les attentats ont été tués lors de l'intervention des forces de l'ordre.

Sept autres Pakistanais soupçonnés d'avoir joué un rôle dans la préparation des attentats sont en cours de jugement dans leur pays, mais les audiences sont régulièrement reportées ou ajournées.

Parmi les suspects, figurent le cerveau présumé du raid, Zakiur Rehman Lakhvi, et un membre actif présumé du LeT, Zarar Shah.

Aux Etats-Unis, le fils d'un diplomate pakistanais, David Headley, a été arrêté le 3 octobre dernier pour son rôle présumé dans les attentats. Accusé d'avoir mené des repérages pour le commando, il a récemment plaidé coupable de terrorisme devant un tribunal de Chicago.

Après les attentats, les relations entre l'Inde et le Pakistan, deux pays rivaux d'Asie du sud qui se sont opposés lors de trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947, se sont brutalement tendues et le processus de paix entamé en 2004, notamment sur le Cachemire, a été interrompu.

New Delhi et Islamabad ont repris pour la première fois le dialogue le mois dernier.

Première publication : 03/05/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Un Américain suspecté d'être impliqué dans les attaques de Bombay plaide coupable

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BOMBAY

    Le principal accusé du "11-Septembre indien" se rétracte

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)