Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

Moyen-orient

En Égypte, Netanyahou tente de relancer le processus de paix

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

Le Premier ministre israélien s'est rendu en Égypte pour discuter avec le président Moubarak de la relance du processus de paix au Proche-Orient alors qu'Israéliens et Palestiniens se préparent à reprendre des discussions indirectes.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a évoqué lundi avec le président égyptien Hosni Moubarak la relance du processus de paix au Proche-Orient, au moment où des pourparlers indirects entre Israéliens et Palestiniens semblent imminents.

Le tête-à-tête entre les deux dirigeants, qui s'est déroulé dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, sur les rives de la mer Rouge, a duré près d'une heure et demie et s'est achevé sans déclarations de part et d'autre.

MM. Moubarak et Netanyahu ont "examiné les derniers développements ainsi que les efforts égyptiens et internationaux visant à préparer le terrain pour des pourparlers indirects entre Palestiniens et Israéliens en vue d'une solution à deux Etats", s'est bornée à indiquer l'agence de presse officielle égyptienne Mena.

D'après une source officielle israélienne, M. Netanyahu devait demander à M. Moubarak, médiateur de longue date entre les deux parties et allié-clé des Etats-Unis dans la région, de presser le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas "d'aller de l'avant".

M. Netanyahu, qui s'est dirigé vers l'aéroport de Charm el-Cheikh aussitôt l'entretien terminé, était accompagné de son conseiller de sécurité nationale Uzi Arad et du ministre de l'Industrie et du Commerce Binyamin Ben Eliezer. Selon la Mena, ces derniers se sont toutefois contentés de saluer le président Moubarak avant de se retirer pour laisser les deux dirigeants en tête-à-tête.

Israéliens et Palestiniens se préparent à la reprise de leurs pourparlers après le feu vert samedi de la Ligue arabe à l'ouverture de négociations indirectes entre les deux parties sous l'égide des Etats-Unis, censées durer quatre mois.

M. Abbas, attendu mercredi en Egypte pour s'entretenir avec le chef de l'Etat égyptien, avait dit espérer "une réponse positive" de l'organisme panarabe basé au Caire à la proposition américaine d'engager ces pourparlers dits "de proximité".

Il reste encore au Comité exécutif de l'OLP, qui doit se réunir samedi, à entériner cette décision, selon le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Auparavant, M. Abbas se sera réuni avec l'émissaire américain pour le Proche-Orient George Mitchell, vendredi à Ramallah (Cisjordanie).

La Ligue avait déjà apporté son soutien à de telles négociations en mars, mais l'annonce par l'Etat hébreu de son intention de construire 1.600 nouveaux logements à Jérusalem-Est annexée avait fait échouer les tentatives de relance des pourparlers palestino-israéliens, gelés depuis fin 2008 et la guerre de Gaza.

Selon un haut responsable de la Ligue arabe, les Etats-Unis ont garanti aux Palestiniens, afin qu'ils acceptent de reprendre langue avec les Israéliens même indirectement, que le projet de construction serait gelé.

"S'ils construisent un seul des 1.600 logements, nous n'irons pas aux pourparlers", a averti M. Erakat samedi.

La Ligue a tenu à préciser que les négociations indirectes ne mèneraient pas tout de suite à des pourparlers directs.

Selon le quotidien israélien Yédiot Aharonot, ces pourparlers -sous forme de navettes de M. Mitchell entre Jérusalem, Ramallah et Washington- "devraient aboutir dans quelques semaines à des réunions triangulaires".

Le journal Haaretz affirme de son côté que M. Netanyahu souhaite soulever, dès le début des négociations, des exigences sécuritaires concernant la démilitarisation d'un futur Etat palestinien, dont Israël entend garder le contrôle des frontières et de l'espace aérien.

Près de 17 ans après les accords de paix d'Oslo --négociés, eux, directement et secrètement entre les parties-- des divergences capitales persistent sur les dossiers-clés.
 

Première publication : 03/05/2010

  • PROCHE - ORIENT

    Hillary Clinton relance l'espoir d'un dialogue israélo-palestinien indirect

    En savoir plus

  • CISJORDANIE

    Un cadre du Hamas tué par l'armée israélienne "après six ans de traque"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Des milliers de Palestiniens menacés d'être expulsés de Cisjordanie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)