Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Pakistanais jugé pour les attentats de Bombay reconnu coupable

©

Vidéo par Mariam Pirzadeh , Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/05/2010

Le Pakistanais impliqué dans les attentats de Bombay, en novembre 2008, a été reconnu coupable de meurtre et d'actes de guerre. Le seul survivant du commando était poursuivi pour 86 chefs d'inculpation. Il encourt la peine de mort.

AFP - Un Pakistanais de 22 ans, seul accusé survivant du commando islamiste responsable des attentats de Bombay ayant fait 166 morts en novembre 2008, a été jugé lundi coupable de meurtre et d'actes de guerre contre l'Inde par un tribunal spécial indien, a annoncé le juge.
   
"Vous êtes déclaré coupable d'actes de guerre contre l'Inde, d'avoir tué des personnes à la CST (gare centrale), d'avoir tué des fonctionnaires du gouvernement et d'avoir aidé les neuf autres terroristes", a déclaré le juge M.L. Tahaliyani lors de l'énoncé du verdict.
   
Mohammed Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", vêtu d'une longue chemise blanche traditionnelle de son Etat natal du Punjab, au Pakistan, est resté impassible à l'énoncé du verdict. Il a été reconnu coupable de la plupart des 86 chefs d'accusation pesant contre lui et il encourt la peine de mort.
   
Il sera fixé sur son sort mardi.
   
Du 26 au 29 novembre 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait semé la mort dans des hôtels de luxe, un restaurant touristique, la principale gare et un centre juif de Bombay. 166 personnes avaient été tuées, dont des touristes étrangers, et plus de 300 autres blessées.
   
Le verdict concernant Kasab, largement attendu, intervient au terme d'un procès fleuve débuté en avril 2009 et qui s'est achevé fin mars sur la certitude, selon l'accusation, de sa culpabilité dans ce qui a été qualifié par la presse comme "le 11 septembre de l'Inde".
   
Comme autant de "preuves accablantes", des empreintes digitales, des traces d'ADN, des photos et des captures d'écran de caméra de sécurité permettaient d'affirmer, selon l'accusation, que Kasab fut l'un des hommes armés ayant provoqué un carnage dans la gare de Bombay.
   
Kasab avait dans un premier temps plaidé non coupable, mais en juillet dernier il avait provoqué un coup de théâtre en avouant pour la première fois avoir été parmi le commando ayant ouvert le feu au fusil d'assaut AK-47 et lancé des grenades dans la gare de Bombay, faisant 52 morts.
   
Il était ensuite revenu sur ses aveux en décembre, affirmant avoir été victime d'un coup monté de la police après son arrivée à Bombay pour tenter une carrière dans l'industrie du cinéma.
   
Ce Pakistanais, arrêté dans une voiture volée après une fusillade à un barrage de police, était le seul accusé survivant du commando. Les neuf autres membres soupçonnés d'être impliqués dans les attentats ont été tués lors de l'intervention des forces de l'ordre.
   
L'Inde a imputé les attentats au groupe extrémiste Lashkar-e-Taïba (LeT), basé au Pakistan. New Delhi a en outre dénoncé la complicité de services de renseignements militaires pakistanais.
   
Sept autres Pakistanais soupçonnés d'avoir joué un rôle dans la préparation des attentats sont également en cours de jugement dans leur pays, mais les audiences sont régulièrement reportées ou ajournées.
   
Après les attentats, les relations entre l'Inde et le Pakistan, deux pays rivaux d'Asie du sud qui se sont opposés lors de trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947, se sont brutalement tendues et le processus de paix entamé en 2004, notamment sur le Cachemire, a été interrompu.
   
New Delhi et Islamabad ont repris pour la première fois le dialogue en février.
   
A l'extérieur du tribunal spécial situé dans une prison de Bombay, des forces de sécurité patrouillaient, munies de fusils et de gilets pare-balles.
   
"Il devrait être pendu le 26 novembre, comme ça on pourrait commémorer l'anniversaire tous les ans", a déclaré le père d'une fillette de 8 ans blessée par balles à la gare de Bombay, cité lundi dans le quotidien Times of India.

Première publication : 03/05/2010

  • ATTENTATS DE BOMBAY

    Le principal accusé du "11-Septembre indien" se rétracte

    En savoir plus

  • TERRORISME

    L'Inde commémore le premier anniversaire des attentats de Bombay

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)