Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Amériques

Après la marée noire, quel avenir pour l'exploitation pétrolière offshore ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2010

Barack Obama a annoncé fin mars vouloir ouvrir de nouvelles zones aux forages en mer, au large des États-Unis. L'explosion d'une plateforme pétrolière dans le golfe du Mexique pourrait, toutefois, le contraindre à revoir sa copie.

Faut-il interdire l’exploitation pétrolière en mer ? La marée noire provoquée par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon donne de nouveaux arguments aux adversaires des forages offshores et ravive le débat au sein de la classe politique aux États-Unis.

Lundi, le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, jusqu'ici fervent défenseur des forages pétroliers au large de la Californie, a déclaré y être désormais opposé. "Quand vous allumez la télévision et que vous voyez cet énorme désastre, vous vous demandez : 'Pourquoi voudrais-je prendre ce genre de risque ?'", a-t-il expliqué.

"Sales et dangereuses"

Vendredi, quatre élus ont demandé à Barack Obama de revenir sur sa décision d'étendre les forages en mer, appelant à un développement rapide de l'énergie éolienne au large des côtes. "Les ressources en énergie éolienne sont importantes. Et sur le long terme, elles sont bien plus vastes que les ressources en pétrole, a précisé le représentant démocrate américain Rush Holt, également physicien. Les énergies fossiles sont sales et dangereuses."

Les principales marées noires dans le monde

2007 - Un porte-conteneurs sud-coréen heurte le "Bay Bridge", dans la baie de San Francisco aux Etats-Unis, provoquant la fuite de 220 000 litres de fioul.

2002 - Le "Prestige" déverse 64 000 tonnes de fioul lourd au large de la Galice, en Espagne.

1999 - En France, l'"Erika" coule au large de la Bretagne, déversant 20 000 tonnes de pétrole lourd. L'accident suscite de fortes réactions, 21 ans après la catastrophe de l'"Amoco Cadiz" (230 000 tonnes de brut avaient souillé 400 km de côtes).

1992 - Un pétrolier grec se brise dans le port de La Corogne, en Espagne. Fuite de 70 000 tonnes.

1991 - Près d'un million de tonnes sont déversées au large du Koweït, pendant la guerre du Golfe ; 560 km de côtes sont souillées.

1989 : L'"Exxon Valdez" fait naufrage en Alaska, 40 000 tonnes sont déversées. Très médiatisée, cette marée noire est la plus chère de l’Histoire (2,5 milliards de dollars dépensés pour le nettoyage et l’indemnisation des victimes).

1979-1980 - Entre 500 000 et 1,5 million de tonnes, selon les estimations, se déversent dans le golfe du Mexique après l'explosion d'un puits de pétrole.

1967 : Le "Torrey Canyon", un navire libérien, s'échoue au large de la Grande-Bretagne et déverse près de 120 000 tonnes de brut.

À la fin mars, le président américain a effectivement annoncé qu'il souhaitait ouvrir de nouvelles zones à l’exploration pétrolière et gazière au large des côtes de Virginie et du golfe du Mexique. Une décision qui mettrait fin à un moratoire sur les forages datant de 1981.

Aussitôt après la catastrophe du 22 avril dans le golfe du Mexique, Barack Obama a exigé le gel des projets de forage - la levée du moratoire devait dans tous les cas ne prendre effet qu’en 2012 - et une inspection générale des plateformes. Celui-ci a toutefois répété, vendredi dernier, que l'exploitation du pétrole américain jouait un rôle crucial dans la stratégie énergétique du pays. Elle doit s'effectuer de manière "responsable", a-t-il ajouté.

Bons résultats en termes de sécurité

Champions de la consommation de pétrole, les États-Unis consomment plus de 20 % de la production annuelle mondiale, alors que leur production est limitée. Une mauvaise équation en termes d'indépendance énergétique : le pays est en effet obligé d'importer 60 % de sa consommation. La production offshore, qui représente au moins 30 % du pétrole américain, représente donc un enjeu important.

Si les défenseurs de l'environnement dénoncent les risques de pollution liés à l'exploration pétrolière en mer, ils s'inquiètent aussi de la surenchère dans les techniques d'exploitation. Alors qu'on forait dans 4 à 5 mètres d’eau au maximum il y a 60 ans, les forages à plus de deux kilomètres de profondeur sont aujourd'hui fréquents, ce qui complique les éventuelles interventions. Dans le golfe du Mexique, BP tente par exemple d'installer un couvercle métallique sur le puit de pétrole qui fuit, à 1 500 mètres de profondeur, pour endiguer la marée noire. Une technique qui n'a jamais été testée à une telle profondeur...

De leur côté, les partisans des forages mettent en avant les progrès réalisés par cette industrie. Selon une étude du Conseil national de recherche américain, les forages pétroliers et gaziers en haute mer ne sont responsables que de 2 % du pétrole qui se trouve dans les océans au large de l'Amérique du Nord, le reste étant le résultat de fuites ou de rejets naturels ou industriels.

Pendant l'ouragan Katrina, en 2005, si plus d'une centaine de plateformes ont été renversées, de très faibles quantités de pétrole ont été rejetées en mer.

"L’accident de Deepwater Horizon ne modifie pas fondamentalement les très bons résultats des forages offshores en terme de sécurité au cours des dernières années, juge Samuel Thernstrom, co-directeur du Projet de géo-ingénierie à l’Institut américain des entreprises, sur le site du New York Times. Mais le contexte politique est plus fluide…"

"Nous pouvons toujours y croire"

Sarah Palin, de son côté, n'en démord pas. Fidèle à son fameux "Drill, baby drill" ("Fore, bébé, fore !"), le slogan que les républicains reprenaient en cœur lors de leur convention de 2008, l'ex-gouverneure de l'Alaska a publié vendredi sur Facebook un billet intitulé "Pourquoi nous pouvons toujours y croire".

"Nous avons tous été choqués par les tragiques évenements du golfe du Mexique, mais nous sommes toujours 'pro' développement, écrit-elle. Nous croyons toujours en un développement responsable, qui inclut les forages pétroliers. Il y a un lien inhérent entre l'énergie et la sécurité, l'énergie et la prospérité."
 

Première publication : 04/05/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama élargit les zones de forage pétrolier et gazier en mer

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    En visite en Louisiane, Barack Obama accentue la pression sur BP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)