Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Pakistanais jugé coupable attend de connaître sa peine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2010

Le sort du seul survivant du commando responsable des attentats de Bombay en 2008, jugé coupable, repose entre les mains d'un juge d'un tribunal spécial. La décision est attendue jeudi. Il encourt la peine de mort.

AFP - La peine à l'encontre du seul survivant du commando responsable des sanglants attentats de Bombay en 2008, qui risque d'être condamné à mort, sera connue jeudi, a annoncé mardi le juge d'un tribunal spécial indien.
   
Après avoir entendu l'accusation et la défense sur la peine appropriée concernant Mohammed Ajmal Amir Kasab, un Pakistanais de 22 ans reconnu coupable lundi de meurtres et d'actes de guerre contre l'Inde, le juge M.L. Tahaliyani a levé l'audience.
   
La cour se réunira à nouveau "après-demain", a-t-il déclaré.
   
Le procureur Ujjwal Nikam a demandé l'exécution du coupable: "J'ai dit à la cour qu'elle devait donner la peine de mort et la cour a réservé son jugement jusqu'à après-demain", a-t-il déclaré à la presse à l'extérieur du tribunal spécial installé dans une prison de Bombay.
   
Kasab devait initialement être fixé sur son sort mardi.
   
Devant la cour, le procureur a estimé que ce serait "une parodie de justice si la peine de mort n'était pas prononcée", a-t-il affirmé. "C'est un agent du diable lui-même, une honte (faite) à la société et à toute l'espèce humaine", a-t-il lancé.
   
M. Nikam, qui a décrit Kasab comme "une machine à tuer n'ayant aucun sentiment humain", a considéré qu'une autre peine que la condamnation à mort, comme la peine de prison à vie, signifierait que l'Inde "reste une cible facile" pour les extrémistes.
   
Pour l'avocat de la défense, K.P Pawar, son client était sous l'influence du groupe islamiste Lashkar-e-Taïba (Let, basé au Pakistan) et de la Jamaat-ud-Dawa, une organisation caritative servant de façade au LeT.
   
"Il était mentalement déficient (au moment des attaques) et cela a affecté sa capacité à apprécier l'impact de son comportement", a déclaré à la cour le conseil de Kasab, ajoutant: "C'est un être humain fait de chair et de sang, il ne faut pas l'oublier".
   
Selon les observateurs, une condamnation à mort pourrait entraîner une longue procédure de pourvoi en appel. En Inde, la dernière exécution a eu lieu en 2004 et la précédente remontait à 1998.
   
Du 26 au 29 novembre 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait semé la mort dans des hôtels de luxe, un restaurant touristique, la principale gare et un centre juif de Bombay.
   
Après plus de soixante heures de combats et de prise d'otages, 166 personnes avaient été tuées, dont des touristes étrangers, et plus de 300 autres blessées dans ce qui a été qualifié par la presse de "11 septembre de l'Inde".
   

 

Première publication : 04/05/2010

  • Inde

    Le Pakistanais jugé pour les attentats de Bombay reconnu coupable

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BOMBAY

    Le principal accusé du "11-Septembre indien" se rétracte

    En savoir plus

  • TERRORISME

    L'Inde commémore le premier anniversaire des attentats de Bombay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)