Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

EUROPE

À Athènes, des milliers de fonctionnaires défilent contre le plan d'austérité

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2010

À la veille d'une grève générale contre le plan de rigueur, quelque 4 000 fonctionnaires ont défilé devant le Parlement, appelant les sociétés européennes à se mobiliser. Dans la tourmente, la Bourse d'Athènes a clôturé en baisse de 6,68 %.

AFP - Les syndicats grecs ont engagé l'épreuve de force mardi contre la cure d'austérité imposée par le gouvernement en appelant à la grève fonctionnaires et enseignants dont plusieurs milliers sont descendus dans la rue, à la veille d'une grève générale qui devrait paralyser le pays.

La Bourse d'Athènes (Athex) a terminé de son côté la séance de mardi sur un plongeon de 6,68% par rapport à la clôture de la veille, à 1.729,68 points, face aux risques de contagion de la crise à d'autres pays de la zone euro et à la chute des principales places européennes.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé en milieu de journée dans le centre d'Athènes à l'appel des syndicats.

Moins d'un millier de manifestants du Pame, le front syndical du Parti communiste, se sont rendus au Parlement, derrière une grande banderole: "On ne donnera pas un sou pour la crise".

Des centaines de professeurs de l'enseignement privé se sont également rendus au Parlement pour y déposer une liste de revendications.

Une troisième manifestation, organisée par le syndicat des fonctionnaires (Adedy, 375.000 adhérents), a réuni quelques milliers de personnes.

"Peuples de l'Europe, soulevez-vous", pouvait-on lire en grec et en anglais sur une banderole accrochée pendant quelques heures au rocher de l'Acropole par 200 militants communistes qui avaient réussi à pénétrer sur le site, criant des slogans et brandissant des drapeaux rouges.

Les syndicats protesteront à nouveau merdredi lors d'une grève générale, la troisième depuis février, contre le plan de rigueur adopté dimanche par Athènes en contrepartie d'une aide financière de 110 milliards d'euros sur trois ans de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.

Le détail du plan d'austérité

Objectifs annoncés :
- Ramener le déficit sous la barre des 3% du PIB d’ici 2014.
- Économiser 30 milliards d’euros d’ici fin 2012.

Mesures prévues :
- Augmentation de la plus haute tranche de la TVA de 21% à 23%.
- La taxe sur l’alcool et les carburants sera augmentée de 10 %.
- Les fonctionnaires ne bénéficieront plus des 13e et 14e mois.
- Les salaires et retraites du secteur public seront gelés.
- Le gouvernement s’engage à ne pas toucher les salaires du secteur privé, mais une réforme du droit du travail sera envisagée.
- L’âge minimum pour partir à la retraite sera fixé à 60 ans. Si la plupart des salariés partent déjà effectivement en retraite à 60 ans, l’âge minimum légal est aujourd'hui de 57 ans.
- Les programmes d’investissements publics doivent être réduits.
- L’État va mettre en place un fonds d’aide au système bancaire.

Ces mesures, d'une sévérité inédite, prévoient notamment la suppression des 13ème et 14ème mois de salaire dans la fonction publique, et des 13ème et 14ème mois de pension pour tous les retraités.

La grève des fonctionnaires paralysait mardi ministères et municipalités, et les hôpitaux fonctionnaient avec du personnel d'astreinte. Une grève dans l'aviation civile perturbait les liaisons intérieures.

Mercredi, tous les vols internationaux seront cloués au sol, les contrôleurs aériens devant participer à la grève générale.

Les fédérations de commerçants ont appelé leurs membres à se joindre à la grève, mais les commerçants d'Athènes ont annoncé leur intention d'ouvrir leurs magasins.

Face à ces mouvements, le vice-chancelier et ministre des Finances autrichien Josef Proell a affirmé que l'Europe perd patience avec la Grèce: "Quand on voit les mouvements de protestations en Grèce, notre patience, à moi et au reste de l'Europe, est quasiment à bout", a-t-il dit.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a prévenu de son côté que la Grèce s'exposait au défaut de paiement si elle ne remplissait pas ses engagements, rappelant que le versement de l'aide serait conditionné à des contrôles stricts.

"S'il y avait des manquements" au programme d'austérité, "les versements seraient stoppés. Et alors le défaut de paiement menacerait à nouveau Athènes", a déclaré le ministre conservateur.

Le ministère grec des Finances a annoncé mardi avoir déposé au parlement le deuxième projet de loi reprenant les mesures d'austérité adoptées dimanche par le pays, en vue d'un vote jeudi, en même temps que le volet fiscal du plan déposé dès lundi.

Manos Chatzidakis, responsable de la société de courtage Pigasos, a assuré que la baisse de la Bourse d'Athènes mardi n'était pas liée à des craintes sur la mise en oeuvre de la cure d'austérité grecque ou à la grève générale prévue mercredi en Grèce.

Il a attribué cette chute aux "rumeurs assez répandues sur les marchés sur un risque de contagion de la crise à l'Espagne".

Première publication : 04/05/2010

  • FRANCE

    L'Assemblée approuve la contribution française au plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • CRISE GRECQUE

    "Ces mesures difficiles sont la seule alternative", assure José Manuel Barroso

    En savoir plus

  • GRÈCE

    La zone euro active un plan d'aide de 110 milliards d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)