Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

FRANCE

Les traces d'ADN analysées 26 ans après le meurtre ne mènent nulle part

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2010

Les empreintes génétiques retrouvées sur les vêtements du petit Grégory, retrouvé noyé dans la Vologne en 1984, et sur les lettres anonymes reçues par ses parents ne débouchent sur aucune nouvelle piste, selon le quotidien "L'Est républicain".

AFP - Les prélèvements ADN sur des scellés remontant à l'assassinat du petit Grégory Villemin en 1984 ne correspondent à aucun profil génétique parmi quelque 150 protagonistes de l'affaire, et ne mènent donc à aucune piste, affirme mardi soir le quotidien lorrain L'Est républicain.

D’après le site web du quotidien, citant une "source proche de l’enquête", les comparaisons n’ont "rien donné".

En octobre 2009, le parquet de Dijon avait annoncé que des traces d’ADN avaient été découvertes sur les cordelettes qui avaient servi à entraver Grégory Villemin, 4 ans, retrouvé noyé pieds et poings liés dans la Vologne le 16 octobre 1984, un crime qui n’a jamais été élucidé.

Des empreintes génétiques ont également été retrouvées sur des vêtements de l’enfant, ainsi que sur des courriers du "corbeau", dont l’un revendique la mort du garçonnet.

Le laboratoire Biomnis, à Lyon, avait alors été chargé par la chambre de l’instruction de la cour d'appel Dijon de comparer ces traces avec les profils génétiques de différents protagonistes de l’affaire.

 

Première publication : 04/05/2010

COMMENTAIRE(S)