Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

EUROPE

Veillée d'armes avant le combat des chefs

Vidéo par Melissa BELL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/05/2010

À la veille des élections législatives, les candidats des trois principaux partis du Royaume-Uni achèvent leur campagne. Le conservateur David Cameron est donné favori mais a peu de chances d'obtenir la majorité absolue au Parlement.

AFP - Les chefs des trois grands partis britanniques ont jeté toutes leurs forces mercredi dans leur dernière journée de campagne, tentant de séduire les millions d'électeurs encore indécis à la veille des législatives les plus serrées depuis une génération.

Pressés par les derniers sondages qui prédisent un courte victoire des conservateurs de David Cameron mais un Parlement sans majorité absolue, les trois dirigeants ont accéléré le rythme dans la dernière ligne droite.

"Je n'ai jamais pensé que cette élection allait être facile", a reconnu M. Cameron mercredi sur la chaîne ITV, après une nuit blanche pendant laquelle il s'est entretenu avec des pêcheurs, des ambulanciers et des ouvriers dans des circonscriptions disputées du nord de l'Angleterre.

"Il ne nous reste que quelques heures pour apporter un nouveau gouvernement à notre pays et pour sauver notre pays de cinq années supplémentaires de Gordon Brown", a par la suite déclaré le leader tory en campagne au Pays de Galles.

Les deux derniers sondages publiés mercredi - avant le black out de jeudi - confirment une tendance bien établie: conservateurs en tête, mais sans cette majorité absolue qui permettrait à David Cameron d'entrer à Downing Street dès vendredi et de former un gouvernement sans alliance.

Une enquête ComRes place en tête les Tories (37%), devant le Labour du Premier ministre Gordon Brown (29%) et les libéraux-démocrates de Nick Clegg (26%). Un sondage YouGov pour The Sun constitue une des rares bonnes nouvelles de cette fin de campagne pour M. Brown, menacé de défaite après 13 années de gouvernements travaillistes: les Tories sont toujours en tête (35%, inchangé) mais le Labour reprend des couleurs (30%, +2) aux dépens des Lib Dems (24%, -4).

Un résultat d'autant plus encourageant pour le Premier ministre que selon l'enquête ComRes, quatre électeurs sur dix avouent n'avoir toujours pas décidé pour qui ils voteront.

Gordon Brown s'est immédiatement dit plus "déterminé" que jamais.

"Il y a des milliers de gens qui n'ont pas encore fait leur choix", a-t-il lancé devant des étudiants à l'université de Bradford (nord de l'Angleterre).

Nick Clegg, révélation de cette campagne après ses prestations remarquées lors des trois débats télévisés, a pour sa part comparé ces législatives au scrutin de 1997, qui avait fait naître la possibilité que "les choses puissent changer de manière dramatique". Ces élections avaient été marquées par un raz-de-marée travailliste qui avait amené au pouvoir le jeune Tony Blair.

Pendant ce temps, la presse moulinait à l'envi les différents scénarios possibles le 7 mai.

L'hypothèse la plus probable reste celle d'un Parlement avec une majorité relative pour les Tories. Des analystes estiment que si son parti est proche de la majorité absolue (326 sur 650 députés), Cameron pourrait tenter de passer en force et former un gouvernement minoritaire, avec l'appoint de petites formation comme les unionistes nord-irlandais du DUP, mais sans devoir pactiser avec les Lib Dems.

Faute de Constitution écrite, le Royaume-Uni se repose en effet sur la tradition, qui veut que le Premier ministre sortant reste au pouvoir, même si son parti n'a pas la majorité des voix, tant qu'une coalition n'est pas réunie contre lui ou qu'il n'est pas défait par un vote de défiance.

Le tabloïde The Sun, qui s'est rangé derrière les Tories après avoir soutenu le Labour de Blair, apporte sa contribution au débat électoral à sa façon, inimitable.

En page 3, il fait poser seins nus non pas une, mais 16 jeunes femmes. Et assure que le Labour comme les lib dems envisagent de s'attaquer à cette fameuse "page 3". "Sauvez ces filles du chômage demain" en votant tories, plaide le journal.
 

Première publication : 05/05/2010

  • ROYAUME-UNI

    Carnets de campagne

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Le "Times" et le "Guardian" lâchent Gordon Brown

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Piégé par son micro resté ouvert, Gordon Brown traite une électrice de sectaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)