Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Economie

Journée de grève générale contre le plan d'austérité du gouvernement

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 05/05/2010

La Grèce est de nouveau paralysée par une grève générale lancée à l'appel des deux grands syndicats du pays pour protester contre la cure d'austérité imposée par le gouvernement. Quelque 20 000 personnes sont rassemblées dans le centre d'Athènes.

"Le FMI et l’UE nous volent un siècle d'acquis sociaux", "faites payer la crise par les riches", proclament quelques-unes des banderoles du cortège unitaire défilant mercredi à Athènes à l’appel des grandes centrales syndicales, publiques comme privées.

Selon des sources policières, quelque 20 000 personnes étaient rassemblées à la mi-journée dans le centre d'Athènes et environ 14 000 à Salonique, la grande ville du Nord. Dans la capitale grecque, le défilé doit aller jusqu’au Parlement, où sont discutées les mesures de rigueur et d'austérité demandées en échange d'un plan de sauvetage de la Grèce de 110 milliards d'euros sur trois ans.

Entre résignation et colère

"Tout se fait dans une assez bonne ambiance, témoigne Alexia Kefalas, correspondante de FRANCE 24 à Athènes. Les gens sont à la fois résignés et en colère contre cette injustice sociale. Ils n’ont plus confiance dans les hommes politiques qu’ils accusent d’être responsables de la dette alors qu’il revient au peuple de payer."

En ce jour de grève générale, la troisième depuis février, le pays est quasi paralysé. Depuis minuit, les transports aériens et maritimes sont immobilisés et les dessertes ferroviaires interrompues. La plupart des écoles et administrations sont fermées, tandis que les banques et les grandes entreprises du secteur public fonctionnaient au ralenti et les hôpitaux publics avec un personnel d'astreinte.

 

 

À LA UNE


 

Première publication : 05/05/2010

  • GRÈCE

    La crise grecque en dix questions-réponses

    En savoir plus

  • GRÈCE

    À Athènes, des milliers de fonctionnaires défilent contre le plan d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)