Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Moyen-orient

Une coalition chiite devrait gouverner le pays

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/05/2010

Deux mois après les élections générales irakiennes, les deux principaux partis chiites du pays, dont l'un est proche de l'Iran, ont conclu une alliance. Un gouvernement de coalition devrait rapidement voir le jour.

AFP - L'Irak devrait encore être gouverné durant les quatre prochaines années par une coalition chiite composée des partisans du Premier ministre Nouri al-Maliki et des partis proches de l'Iran, après leur accord pour former un groupe unique au Parlement.

Cependant, l'Alliance pour l'Etat de droit (AED) de M. Maliki et les chiites conservateurs de l'Alliance nationale irakienne (ANI) doivent se réunir mercredi pour régler le point le plus sensible: Qui sera le prochain chef du gouvernement?

Avec 159 députés, il manque encore quatre élus aux deux listes pour obtenir la majorité absolue au Parlement qui compte 325 sièges. L'Alliance kurde (43 sièges) s'est dit prête mercredi à rejoindre cette coalition.

"Un accord a été trouvé pour former le plus grand bloc parlementaire avec l'union entre l'Etat de droit et l'Alliance nationale irakienne. C'est un premier pas pour s'ouvrir ensuite à d'autres formations politiques", avait annoncé mardi soir Abdel Razak al-Kazami, un conseiller de l'ancien Premier ministre Ibrahim Jaafari membre de l'ANI.

"La chose la plus importante pour cette union est de former un gouvernement irakien et de mettre au point un programme gouvernemental avec la participation de tous et la nomination d'un Premier ministre", avait-il ajouté devant les journalistes, au domicile de M. Jaafari.

Les représentants des deux listes doivent se retrouver mercredi pour déterminer la procédure de désignation du nouveau Premier ministre.

"Des discussions se tiendront aujourd'hui (mercredi) pour déterminer les mécanismes afin de choisir notre candidat au poste de Premier ministre, soit en le désignant par consensus ou par un vote au sein du groupe parlementaire", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'AED, Hajem al-Hassani.

M. Maliki, dont la liste a obtenu 89 sièges, n'est toutefois pas sûr de conserver son portefeuille. L'ANI, qui regroupe le Conseil supérieur islamique d'Irak (CSII) dirigé par Ammar al-Hakim et les partisans du chef radical chiite Moqtada Sadr et qui a recueilli 70 députés, lui voue une profonde animosité.

Elle lui reproche d'avoir constitué sa propre liste pour les élections du 7 mars, face à ses anciens alliés chiites qui l'avaient pourtant choisi en 2006 comme Premier ministre. Elle dénonce aussi ses méthodes autoritaires de gouverner, qui avaient poussé certains ministres du mouvement sadriste à quitter le cabinet en 2007.

Cette nouvelle alliance prive de facto l'ancien Premier ministre laïc Iyad Allawi, de former un gouvernement. Sa liste, le Bloc Irakien, est arrivée en tête des législatives avec 91 sièges notamment grâce à un vote massif des sunnites.

La porte-parole du Bloc irakien a accusé sans le nommer l'Iran d'avoir été à la manoeuvre, estimant qu'il s'agissait d'une coalition confessionnelle.

"Constitutionnellement, c'est le droit de blocs de fusionner. Cependant, nous avons le sentiment que cette alliance vise le Bloc Irakien et notre projet national, et qu'elle a été mise au point par des puissances régionales", a déclaré à l'AFP Mayssoun al-Damalouji.

"C'est un retour en arrière et c'est une fusion à caractère confessionnel. Nous allons décider dans les prochains jours ce que nous allons faire", a-t-elle ajouté.

L'Alliance kurde a en revanche a estimé en revanche que cette union "allait dans le bon sens pour sortir de la crise".

"Mais pour que cela soit couronné de succès, il faut que cette nouvelle alliance prenne l'initiative de s'ouvrir à d'autres listes et laisse chaque formation participer à la formation du nouveau gouvernement", a ajouté son porte-parole, Sami Shorash.
 

Première publication : 05/05/2010

  • LÉGISLATIVES IRAKIENNES

    La commission électorale ordonne le recompte des voix à Bagdad

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES IRAKIENNES

    Le duel s'annonce serré entre Nouri al-Maliki et Iyad Allaoui

    En savoir plus

  • IRAK

    L'opposition dénonce des fraudes "massives" lors des législatives

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)