Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

Asie - pacifique

L'unique survivant du commando des attentats de Bombay condamné à mort

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/05/2010

Reconnu coupable de meurtre et d'actes de guerre, le Pakistanais Mohammed Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", le seul survivant du commando responsable des attentats de Bombay, fin 2008, a été condamné à mort par un tribunal spécial indien.

AFP - Un Pakistanais de 22 ans, seul survivant du commando responsable des sanglants attentats de Bombay fin 2008, a été condamné à mort jeudi par le juge d'un tribunal spécial indien au terme d'un procès d'un an.

Du 26 au 29 novembre 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait semé la mort dans des hôtels de luxe, un restaurant touristique, la principale gare et un centre juif de Bombay, faisant 166 morts et plus de 300 blessés.


La peine capitale contre Mohammed Ajmal Amir Kasab a été prononcée par le juge M.L Tahaliyani en vertu de quatre chefs, à savoir ceux de meurtres, actes de guerre contre l'Inde, complot et terrorisme.

"Il devrait être pendu par le cou jusqu'à ce qu'il meure", a-t-il déclaré.

Kasab, vêtu de la longue chemise blanche traditionnelle de sa région natale au Pakistan, le Punjab, s'est pris la tête entre les mains sur le banc des accusés, fixant le sol, tandis que le juge prononçait la peine.

Avant de rendre le verdict, le juge avait demandé au jeune homme s'il souhaitait s'exprimer. Kasab n'a rien répondu, faisant simplement un geste dédaigneux de la main.

Le juge a déclaré que la peine devait être proportionnelle au crime et que la peine de mort était nécessaire pour que le public garde confiance dans le système judiciaire indien.

"Je ne vois aucun exemple de peine inférieure que la mort dans une affaire d'actes de guerre contre l'Inde, de meurtres et d'actes terroristes", a-t-il ajouté.

Le rôle de Kasab dans le massacre à la gare, qui avait fait 52 morts, a été reconnu à l'aide de preuves "accablantes" telles des empreintes digitales ou des captures d'écran de caméras de sécurité.

Ce Pakistanais était le seul accusé survivant du commando. Les neuf autres membres ont été tués lors de l'intervention des forces de l'ordre.

L'Inde a imputé les attentats, qualifiés par la presse de "11 septembre de l'Inde", au groupe extrémiste Lashkar-e-Taïba (LeT) basé au Pakistan, et a suspendu jusqu'en février dernier le dialogue de paix avec le Pakistan, son voisin rival.

Première publication : 06/05/2010

  • Inde

    Le Pakistanais jugé pour les attentats de Bombay reconnu coupable

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)