Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Monsieur le président, traitez les migrants humainement !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tribune sur la "liberté d'importuner" : Catherine Deneuve précise sa pensée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : non-lieu pour les soldats français soupçonnés

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Révolutions arabes : que reste-t-il du vent de liberté ? (Partie 1)

En savoir plus

FRANCE

Mise en examen d'un Français soupçonné de recruter des combattants islamistes

Dernière modification : 06/05/2010

Soupçonné par le Maroc de recruter des djihadistes, le Français Ahmed Sahnouni, qui a été arrêté en banlieue parisienne le 30 avril, a été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

AFP - Un Français d'origine marocaine, Ahmed Sahnouni, soupçonné par les autorités marocaines d'avoir organisé le recrutement de candidats au djihad, a été arrêté vendredi en banlieue parisienne, mis en examen et incarcéré, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

M. Sahnouni a été arrêté vendredi soir à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte fin 2009 par le parquet antiterroriste de Paris, a-t-on précisé, confirmant une information du Parisien.

Il a été mis en examen mercredi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et placé sous mandat de dépôt dans le cadre d'une information judiciaire confiée à la juge antiterroriste Nathalie Poux, selon la source judiciaire.

Du matériel informatique, de la documentation islamiste radicale et des photos le représentant en zone de combat avec d'autres personnes ont été saisis lors d'une perquisition à son domicile, a indiqué cette source.

Les autorités marocaines soupçonnent de leur côté M. Sahnouni d'avoir organisé une filière de recrutement de candidats au djihad en Afghanistan, Irak, Somalie et dans la zone sahélo-saharienne, et d'avoir eu un rôle de coordination opérationnelle sur le terrain, a-t-on ajouté.

Lui ne reconnaît pas les faits, admettant seulement des voyages en Syrie, Jordanie, Maroc et dans d'autres pays du Moyen-Orient, selon cette source.

Les autorités marocaines avaient lancé fin avril un avis de recherche contre lui pour son "implication" présumée dans un réseau de 24 "islamistes liés à Al Qaïda" démantelé alors à Rabat.

Il est "soupçonné de diriger cette cellule à partir de la France", avait alors indiqué une source judiciaire marocaine.

Première publication : 06/05/2010

COMMENTAIRE(S)