Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Puppa Lek Sen, héritier du reggae africain

En savoir plus

Afrique

Al-Qaïda au Maghreb islamique revendique l'enlèvement d'un Français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/07/2010

Selon la chaîne Al-Jazira, l'enlèvement d'un Français de 78 ans dans le nord du Niger au mois d'avril a été revendiqué par AQMI. Le groupe terroriste demanderait "la libération de ses détenus" en échange de la remise en liberté de l'otage.

AFP - Le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué le rapt d'un Français dans le nord du Niger en avril, a indiqué la chaîne de télévision Al-Jazira du Qatar jeudi.

Al-Jazira, citant un communiqué de l'Aqmi publié sur un site islamiste, ajoute que le groupe a demandé à "la France et à ses alliés dans la région la libération de ses détenus" en contrepartie de celle du ressortissant français.

Le 19 avril, ce dernier, âgé de 78 ans et à l'identité non communiquée par les autorités françaises, avait été enlevé avec un Algérien qui a été libéré fin avril.

Interrogé lors d'un point-presse sur cette revendication et les exigences des ravisseurs, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero, s'est limité à déclarer que la "mobilisation" de la France "restait totale afin de parvenir à sa libération".

"Je vous rappelle que cette affaire doit être traitée avec discrétion, dans un souci d'efficacité de notre action et de sécurité de notre compatriote", a-t-il souligné.

Le 29 avril, des sources sécuritaires nigériennes avaient affirmé que l'otage français était "dans le désert côté malien" avec ses ravisseurs.

Les enlèvements d'Occidentaux sont courants dans la vaste zone désertique à cheval entre le Niger, le Mali et l'Algérie, territoire où opère Aqmi.

Première publication : 06/05/2010

COMMENTAIRE(S)