Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande face au FN"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

Asie - pacifique

Affrontements entre forces de l'ordre et "chemises rouges", deux policiers tués

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2010

Deux policiers ont été tués et douze autres personnes blessées au cours de deux attaques dans le centre de Bangkok, où forces de sécurité et "chemises rouges" s'affrontent toujours. Chaque camp promet toutefois de poursuivre les négociations.

AFP- Le gouvernement thaïlandais et les manifestants ont assuré samedi qu'ils tiendraient le cap des négociations en cours pour sortir de la crise, malgré une nouvelle éruption de violences qui a coûté la vie à deux policiers et fait douze blessés à Bangkok.

Deux mois de manifestations émaillées de heurts et d'attaques portent désormais à 29 le bilan des morts alors qu'un millier de personnes ont été blessées dans la plus grave crise qu'ait connue le royaume depuis 1992.

Des attaques commises à l'aide de trois grenades M-79 ont eu lieu tôt samedi contre un poste de contrôle des forces de l'ordre à proximité du campement des protestataires au coeur de la capitale, selon la police.

Un policier de 35 ans est décédé à l'hôpital tandis que huit autres personnes (cinq policiers et trois militaires) ont été blessées.

Un peu plus tôt, un homme avait ouvert le feu dans le quartier d'affaires de Silom, tuant un autre policier et blessant quatre personnes (deux policiers et deux civils).

Malgré le fossé qui les sépare, les deux camps, toujours prompts à s'accuser de tous les maux, sont convenus que ces attaques visaient à faire avorter la fragile feuille de route pour la réconciliation présentée par le Premeir ministre Abhisit Vejjajiva.

"Certains groupes de gens ne veulent pas que ce plan soit couronné de succès, le gouvernement demande donc aux +chemises rouges+ de prendre une décision, sinon il y aura d'autres victimes", a déclaré le porte-parole du gouvernement Panitan Wattanayagorn.

"La meilleure solution, c'est que les manifestations prennent fin au plus vite pour faire avancer le processus de réconciliation", a-t-il ajouté.

Les "chemises rouges", dont beaucoup se revendiquent de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, ont réuni jusqu'à 100.000 manifestants à Bangkok mi-mars avant de dresser des barricades de bambous acérés et de pneus imprégnés de liquides inflammables autour d'un vaste quartier.

Les "rouges", qui exigent le départ d'Abhisit et des élections anticipées, viennent initialement des zones rurales du nord et du nord-est mais ont depuis rallié à leur cause une partie des masses populaires des environs de Bangkok.

Un de leurs leaders a estimé samedi que les attaques étaient le fait "de gens qui ne veulent pas que cette crise se règle de façon pacifique". "Cela ne détournera pas notre attention et ne fera pas dérailler le processus", a assuré Nattawut Saikuar.

Cette nouvelle éruption de violences survient alors que semblait se profiler une sortie de crise.

Une feuille de route pour la réconciliation, proposée par Abhisit et comprenant des législatives anticipées le 14 novembre, avait reçu mardi un accueil positif des "chemises rouges".

Le Premier ministre avait promis jeudi de dissoudre la chambre basse du Parlement dans la deuxième quinzaine de septembre, ouvrant la voie à des élections anticipées dans l'espoir de vaincre la méfiance de manifestants.

Les parties tentent toujours de surmonter leurs divergences sur la date de la dissolution du parlement, avant la tenue du scrutin législatif.

Compliquant encore un peu plus la situation, les ennemis jurés des "rouges", les "chemises jaunes" royalistes théoriquement favorables à Abhisit, ont dénoncé sa faiblesse et exigé qu'il annule les élections anticipées.

Un autre groupe, également favorable à l'actuel gouvernement et surnommé les "multicolores", a demandé que la date des élections soit repoussée.

Première publication : 07/05/2010

  • THAÏLANDE

    À Bangkok, les "chemises rouges" refusent toujours de desserrer l'étreinte

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Les "chemises rouges" acceptent le plan Abhisit mais restent à Bangkok

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Réunion d'urgence du gouvernement pour débattre de la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)