Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

EUROPE

Aucun parti n'obtient la majorité absolue au Parlement

©

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/05/2010

Le Premier ministre travailliste sortant et son rival conservateur, David Cameron, se sont dit prêts à négocier avec les libéraux démocrates arrivés troisièmes aux législatives. Les Tories sont en tête mais ne disposent pas d'une majorité absolue.

Au lendemain des élections législatives, le Royaume-Uni est plongé dans l'incertitude. La chambre des Communes est dominée par les conservateurs mais ceux-ci n'obtiennent pas de majorité absolue. Et jusqu'à nouvel ordre, Gordon Brown reste Premier ministre.

Selon des résultats encore partiels, portant sur 615 des 650 sièges, les conservateurs menés par David Cameron devancent le parti travailliste, mais n’obtient pas les 326 sièges nécessaires pour former un gouvernement.

L'absence de majorité absolue donne naissance au premier "hung parliament" (littéralement "Parlement suspendu", c'est-à-dire sans majorité absolue) depuis 1974. Les conventions qui régissent la marche des institutions - en l'absence de Constitution écrite – prévoient que le Premier ministre sortant, en l'occurrence Gordon Brown, tente en premier de former un gouvernement. Il peut cependant y renoncer et démissionner.

Pour l’heure, David Cameron savoure son avance en sièges - il s'agit de la première victoire électorale des Tories depuis 1992 - et estime que les travaillistes doivent quitter le 10 Downing Street. "Nous devons attendre les résultats complets pour nous prononcer mais je crois qu'il est déjà clair que le gouvernement Labour n'a plus l'autorité pour gouverner notre pays", a déclaré vendredi matin le chef des conservateurs. De son côté, l’actuel Premier ministre, le travailliste Gordon Brown, refuse de se déclarer vaincu. Il dit être prêt à "jouer [son] rôle pour que la Grande-Bretagne ait un gouvernement fort et stable".

Analyse de Bénédicte Paviot, correspondante de France24 (à 10h30, heure de Londres)

"Un nuit décevante pour les lib-dems"

Les membres du Labour s’apprêtent à essuyer leur plus cuisante défaite depuis 1983. Dans la chambre sortante, ils disposaient de 345 sièges. Pourtant, tout n’est pas perdu pour eux. Ils ont clairement affiché l’ambition durant la campagne de faire alliance avec les libéraux-démocrates et ainsi se maintenir au gouvernement.

Mais l’allié providence, le parti libéral-démocrate, n’a pas engrangé un nombre de voix aussi spectaculaire que ce que laissait entrevoir l’engouement suscité par les débats télévisés durant la campagne. Selon le sondage établi à 21 heures jeudi, les libéraux-démocrates n'obtiendraient que 61 députés. "Ça a été de toute évidence une nuit décevante pour les libéraux-démocrates. Nous n'avons simplement pas accompli ce que nous espérions", a déclaré Nick Clegg vendredi matin.

Coup

de théâtre

Les lib-dems n'en demeurent pas moins des faiseurs de roi, susceptibles de soutenir les Tories ou le Labour, au gré des tractations partisanes. Plusieurs ministres travaillistes ont d’ores et déjà laissé entendre qu'ils étaient prêts à discuter avec eux. "Evidemment, nous serions prêts à considérer cela", a déclaré Peter Mandelson, numéro deux du gouvernement.

Mais en fin de matinée, vendredi, Nick Clegg opère un coup de théâtre : il déclare que la victoire revient aux Tories et qu'ils sont les mieux placés pour former un gouvernement. "Je pense que c'est au Parti conservateur de prouver qu'il est en mesure de former un gouvernement, dans l'intérêt national", a-t-il déclaré.

Le scrutin a connu une forte participation (65,1% selon des résultats encore partiels). Mais des centaines d'électeurs n'ont pu voter en raison de longues files d'attente. La commission électorale a annoncé qu'elle allait mener une "enquête approfondie".

Première publication : 07/05/2010

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Malgré son revers électoral, Nick Clegg est l'homme à courtiser

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    L'incertitude politique fait plonger la livre

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    L'absence de majorité absolue plane sur le scrutin

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)