Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

Asie - pacifique

À Bangkok, les "chemises rouges" refusent toujours de desserrer l'étreinte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/05/2010

Les violences continuent à Bangkok, malgré les efforts du Premier ministre qui tente de rallier les forces politiques du pays à son projet de sortie de crise. Les "chemises rouges" refusent de quitter la capitale sans un calendrier électoral précis.

AFP - Le Premier ministre thaïlandais bataillait pour maintenir à flot son plan de sortie de crise, tentant vendredi de convaincre les acteurs politiques du pays de soutenir un projet qui ne parvient pas à venir à bout des manifestations en plein coeur de Bangkok.

La feuille de route pour la réconciliation d'Abhisit Vejjajiva, comprenant des élections législatives anticipées le 14 novembre, avait reçu mardi un accueil positif des "chemises rouges", qui exigent sa démission et ont dressé des barricades dans la capitale.

Mais trois jours plus tard, le consensus tarde à se dégager entre les différences forces politiques du pays.

"Nous avons besoin de la coopération de tout le monde pour que la paix revienne en Thaïlande", a souligné le vice-Premier ministre Suthep Thaugsuban. "Tout le monde doit y mettre du sien pour éviter la violence".

Toutes les formations parlementaires importantes ont accepté le plan Abhisit, y compris l'opposition et les alliés de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, icône d'une partie des "rouges".

Mais les grands mouvements de la société civile, très influents dans la rue depuis plusieurs années, continuent d'argumenter.

Les "chemises rouges" exigent un calendrier précis pour la dissolution de la chambre basse puis les élections. Ils n'acceptent de partir qu'avec de solides garanties, fort de deux mois de mouvement et après des violences qui ont fait 27 morts et près de 1.000 blessés.

Les "chemises jaunes", leurs rivaux royalistes soutenus par l'establishment de Bangkok et impliqués en 2006 et 2008 dans la chute de deux gouvernements, jugent de leurs côtés ces exigences inacceptables.

A priori derrière Abhisit, elles l'ont complètement lâché jeudi en critiquant sa faiblesse face aux "terroristes". Elles réclament désormais elles aussi sa démission, pour que soit nommée une personnalité plus forte.

Un groupe pro-gouvernement plus modéré, qui a réunit quelques milliers de personnes depuis quelques semaines et se fait appeler les "multicolores", a de son côté demandé que l'élection anticipée soit renvoyée au premier trimestre 2011.

Du coup, l'hypothèse d'un nouveau blocage prenait corps après quelques jours au cours desquels le démantèlement des barricades était apparu comme imminent.

La direction des "rouges" s'est réunie vendredi pour décider des suites à donner à leur action. "Nous continuons à recevoir des dons pour financer le contreplaqué dont on a besoin en ce début de saison des pluies", a indiqué un de ses membres, Nattawut Saikuar.

Selon plusieurs sources, les manifestants négocieraient une amnistie pour les principaux leaders, dont certains font l'objet d'un mandat d'arrêt pour violation de l'état d'urgence décrété il y a un mois. Une hypothèse qui exaspère les "jaunes".

Derrière cette politique tout en couleurs se dessine une fracture profonde entre les élites de Bangkok ("jaunes"), réunies autour du palais royal - militaires, magistrats, hommes d'affaires - et les masses rurales du nord et du nord-est ("rouges"), rejoints récemment par une frange des couches populaires urbaines.

Le gouvernement Abhisit est aujourd'hui condamné à trouver des points d'entente entre ces deux forces, qui se détestent et s'accusent de tous les maux.

Et plusieurs analystes ont d'ores et déjà exprimé leurs craintes qu'une élection anticipée, qu'elle intervienne dans trois mois ou dans un an, ne soit difficile à organiser sans violence.

Première publication : 07/05/2010

COMMENTAIRE(S)