Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Economie

Wall Street finit en net repli, les marchés asiatiques ouvrent dans le rouge

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/05/2010

La crise budgétaire grecque continue d'affecter les Bourses du monde entier. Wall Street a dévissé jeudi avant de se reprendre et de finir en baisse de plus de 3%, tandis qu'à Tokyo, le Nikkei chutait de plus de 4% à l'ouverture.

AFP - La tempête continuait à faire rage vendredi sur les Bourses d'Asie et la monnaie européenne restait sous pression face au dollar, sur fond de craintes de contagion de la crise grecque à d'autres pays de la zone euro et dans la foulée d'une chute historique de Wall Street.
   
Alors que les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro devaient se retrouver vendredi en sommet extraordinaire à Bruxelles, les ministres des Finances du club de grands pays industrialisés du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon) ont annoncé la tenue d'une conférence téléphonique dans la journée sur la crise de la dette grecque.
   
La monnaie unique européenne, qui avait atteint jeudi son plus bas niveau depuis mars 2009 face au billet vert à 1,2523 dollar, remontait légèrement mais restait sous pression vendredi matin lors des échanges en Asie. Vers 02H50 GMT un euro valait 1,2708 dollar, contre 1,2644 jeudi vers 20H00 GMT.
   
Le ministre japonais des Finances, Naoto Kan, a exclu des mesures concertées du G7 pour redresser l'euro. "Je ne pense pas qu'il y aura de demande d'intervention" lors de la conférence téléphonique, a-t-il déclaré.
   
Alors que les télévisions du monde entier diffusaient en boucle les images d'affrontements entre policiers et manifestants à Athènes, les marchés d'Asie ont poursuivi leur net recul entamé la veille.
   
A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei des valeurs vedettes a dégringolé de 3,74% à la mi-séance, cumulant une perte de près de 7% en deux jours.
   
"La raison de la chute, tout le monde la connaît: la Grèce. Le marché prend en compte la possibilité que le problème grec s'étende à l'Espagne et au Portugal", a expliqué Hideaki Higashi, analyste chez SMBC Friend Securities.
   
La chute de Tokyo était amplifiée par la rapide ascension ces derniers jours face à l'euro du yen, traditionnelle valeur-refuge par temps de crise, un phénomène qui pénalise lourdement les exportateurs japonais. Des valeurs comme Sony, Panasonic ou Nintendo dévissaient de plus de 5%.
   
L'euro affichait toutefois un timide redressement vers 02H50 GMT et s'échangeait pour 117,35 yens, contre 114,49 yens à 20H00 GMT la veille.
   
Prenant les devants, la Banque du Japon (BoJ) a injecté vendredi 2.000 milliards de yens (17,4 milliards d'euros) dans le système bancaire du pays, afin de tenter de rassurer les investisseurs. C'est la première fois depuis décembre que la BoJ prend une mesure d'urgence de ce type.
   
La plupart des autres marchés d'Asie connaissaient également une journée mouvementée. Dans le courant de la matinée, Sydney et Taipei perdaient plus de 2% chacune, tandis que Séoul lâchait environ 3%. Les pertes étaient plus limitées à Shanghai (-0,42%) et Hong Kong (-0,67%) vers 02H45 GMT.
   
Jeudi soir à New York, l'indice Dow Jones avait terminé en recul de 3,20% et le Nasdaq de 3,44%. Le Dow Jones a même enregistré la plus forte chute en points de son histoire en cours de séance (-998,50 points), un incident que plusieurs chaînes de télévision américaines ont attribué à une erreur d'un courtier. Les autorités boursières ont annoncé une enquête.
   
Une nouvelle montée au créneau du président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet n'a guère contribué à calmer les esprits.
   
"Le Portugal n'est pas la Grèce, l'Espagne n'est pas la Grèce", a insisté M. Trichet, assurant qu'un défaut de paiement de la Grèce était pour lui "hors de question". Une porte-parole du Fonds monétaire international (FMI) a renchéri en affirmant que ce n'était "pas une option".
   
L'Espagne, dont la dette à long terme a été dégradée par l'agence Standard and Poor's comme celle de son voisin portugais, a passé un test important sur les marchés en parvenant à émettre jeudi des bons du Trésor à un taux satisfaisant.

Première publication : 07/05/2010

  • GRÈCE

    Le Parlement adopte le plan d'austérité du gouvernement

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    L'euro flirte avec les 1,25 dollar, un plus bas depuis mars 2009

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)