Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "manoeuvres tactiques" de Mahmoud Abbas

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (partie 2)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour de Wade à Dakar : la polémique enfle

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (partie 1)

En savoir plus

  • En direct : Moscou lance des manœuvres militaires à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

  • Le projet ferroviaire du grand Tunis remis sur les rails

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Ligue des champions : avantage pour le Real Madrid vainqueur du Bayern Munich

    En savoir plus

EUROPE

Les négociations se poursuivent pour tenter de former un gouvernement de coalition

©

Vidéo par Bénédicte PAVIOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2010

Arrivés en tête du scrutin, les conservateurs ont proposé un partage du pouvoir aux libéraux-démocrates. En cas d'échec des tractations, les travaillistes ont fait savoir qu'ils étaient, eux aussi, prêts à négocier avec la troisième force du pays.

AFP - Les conservateurs ont offert vendredi un partage du pouvoir aux Lib Dems, troisième parti britannique, après avoir échoué de peu à obtenir la majorité absolue aux législatives de jeudi, mais le travailliste Gordon Brown n'a pas concédé la défaite et restait en embuscade.

"Je veux faire une offre large, ouverte et globale aux libéraux-démocrates. Je pense que nous disposons d'une base solide pour un gouvernement solide", a indiqué le chef de file tory, David Cameron, ajoutant que les négociations allaient démarrer "maintenant".

Le leader conservateur a cependant aussitôt restreint les domaines où il serait prêt à un compromis, en particulier sur l'Europe: les Tories excluent toute adoption de l'euro, tandis que les libéraux en font leur but "à long terme". "Je ne pense pas qu'aucun gouvernement devrait donner plus de pouvoir à l'Union européenne", a tranché David Cameron.

Le Tory a cependant accepté de lancer la réflexion sur la réforme électorale tant désirée par les libéraux de Nick Clegg.

MM. Cameron et Clegg se sont entretenus au téléphone vendredi en fin de journée. "Ils ont convenu d'explorer davantage les propositions en vue d'un programme de réforme politique et économique", a indiqué un porte-parole des Lib Dems. Une assemblée des députés libéraux a été convoquée pour samedi à 11h00 GMT.

Selon les résultats officiels définitifs, les Tories ont remporté leur première victoire électorale depuis 1992, avec 306 députés (36,1% des suffrages), soit une centaine de mieux que lors des précédentes législatives de 2005. Mais les conservateurs échouent à 20 sièges sous la majorité absolue de 326 à la chambre des Communes, chambre basse du parlement.

Avec 258 élus et 29%, le parti travailliste du Premier ministre Gordon Brown essuie son pire score en termes de suffrages depuis 1983, perdant plus de 90 députés.

Les Lib Dems sont arrivés troisièmes avec 57 sièges (23% des suffrages), soit cinq de moins que dans la chambre sortante, un résultat "décevant", a reconnu leur chef de file Nick Clegg. Le "troisième homme" n'est pas parvenu à transformer en sièges la soudaine popularité qu'il avait connue à la faveur des débats télévisés de la campagne.

Face à des négociations entre conservateurs et libéraux qui s'annoncent ardues, Gordon Brown reste en embuscade.

"Si les discussions entre M. Cameron et Clegg devaient échouer, alors bien sûr, je serais disposé à discuter avec M. Clegg des thèmes sur lesquels la conclusion d'une entente pourrait être possible entre nos deux partis", a-t-il souligné, sans reconnaître sa défaite électorale.

Nick Clegg avait peu auparavant estimé que les Tories avaient la "priorité" pour tenter de constituer un nouveau gouvernement. "Je pense qu'il revient maintenant au parti conservateur de prouver qu'il est capable de tenter de gouverner dans l'intérêt général", a déclaré celui qui, pendant la campagne, avait suggéré qu'il pourrait accepter de travailler avec le Labour, mais qu'il aurait du mal à collaborer avec M. Brown, usé par 13 ans de gouvernements travaillistes.

Pour prendre la tête du gouvernement, les conservateurs pourraient soit former un gouvernement minoritaire, soit s'entendre avec les Lib Dems ou avec de petits partis, comme les unionistes irlandais, qui recueillent huit sièges.

Cependant, les conventions permettent au Premier ministre sortant de se maintenir au pouvoir tant qu'il n'est pas devenu évident qu'il n'a plus de base pour gouverner, auquel cas il est acculé à la démission.

L'absence de majorité absolue aboutit au premier parlement "suspendu" (hung parliament) depuis 1974, une situation qui a fait chuter la livre vendredi, avant qu'elle se stabilise. La Bourse de Londres a par ailleurs connu une séance très volatile.


 

Première publication : 08/05/2010

  • ROYAUME-UNI

    Le mode de scrutin des législatives vit peut-être ses derniers jours

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Malgré son revers électoral, Nick Clegg est l'homme à courtiser

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    L'incertitude politique fait plonger la livre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)