Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Les négociations se poursuivent pour tenter de former un gouvernement de coalition

Vidéo par Bénédicte PAVIOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2010

Arrivés en tête du scrutin, les conservateurs ont proposé un partage du pouvoir aux libéraux-démocrates. En cas d'échec des tractations, les travaillistes ont fait savoir qu'ils étaient, eux aussi, prêts à négocier avec la troisième force du pays.

AFP - Les conservateurs ont offert vendredi un partage du pouvoir aux Lib Dems, troisième parti britannique, après avoir échoué de peu à obtenir la majorité absolue aux législatives de jeudi, mais le travailliste Gordon Brown n'a pas concédé la défaite et restait en embuscade.

"Je veux faire une offre large, ouverte et globale aux libéraux-démocrates. Je pense que nous disposons d'une base solide pour un gouvernement solide", a indiqué le chef de file tory, David Cameron, ajoutant que les négociations allaient démarrer "maintenant".

Le leader conservateur a cependant aussitôt restreint les domaines où il serait prêt à un compromis, en particulier sur l'Europe: les Tories excluent toute adoption de l'euro, tandis que les libéraux en font leur but "à long terme". "Je ne pense pas qu'aucun gouvernement devrait donner plus de pouvoir à l'Union européenne", a tranché David Cameron.

Le Tory a cependant accepté de lancer la réflexion sur la réforme électorale tant désirée par les libéraux de Nick Clegg.

MM. Cameron et Clegg se sont entretenus au téléphone vendredi en fin de journée. "Ils ont convenu d'explorer davantage les propositions en vue d'un programme de réforme politique et économique", a indiqué un porte-parole des Lib Dems. Une assemblée des députés libéraux a été convoquée pour samedi à 11h00 GMT.

Selon les résultats officiels définitifs, les Tories ont remporté leur première victoire électorale depuis 1992, avec 306 députés (36,1% des suffrages), soit une centaine de mieux que lors des précédentes législatives de 2005. Mais les conservateurs échouent à 20 sièges sous la majorité absolue de 326 à la chambre des Communes, chambre basse du parlement.

Avec 258 élus et 29%, le parti travailliste du Premier ministre Gordon Brown essuie son pire score en termes de suffrages depuis 1983, perdant plus de 90 députés.

Les Lib Dems sont arrivés troisièmes avec 57 sièges (23% des suffrages), soit cinq de moins que dans la chambre sortante, un résultat "décevant", a reconnu leur chef de file Nick Clegg. Le "troisième homme" n'est pas parvenu à transformer en sièges la soudaine popularité qu'il avait connue à la faveur des débats télévisés de la campagne.

Face à des négociations entre conservateurs et libéraux qui s'annoncent ardues, Gordon Brown reste en embuscade.

"Si les discussions entre M. Cameron et Clegg devaient échouer, alors bien sûr, je serais disposé à discuter avec M. Clegg des thèmes sur lesquels la conclusion d'une entente pourrait être possible entre nos deux partis", a-t-il souligné, sans reconnaître sa défaite électorale.

Nick Clegg avait peu auparavant estimé que les Tories avaient la "priorité" pour tenter de constituer un nouveau gouvernement. "Je pense qu'il revient maintenant au parti conservateur de prouver qu'il est capable de tenter de gouverner dans l'intérêt général", a déclaré celui qui, pendant la campagne, avait suggéré qu'il pourrait accepter de travailler avec le Labour, mais qu'il aurait du mal à collaborer avec M. Brown, usé par 13 ans de gouvernements travaillistes.

Pour prendre la tête du gouvernement, les conservateurs pourraient soit former un gouvernement minoritaire, soit s'entendre avec les Lib Dems ou avec de petits partis, comme les unionistes irlandais, qui recueillent huit sièges.

Cependant, les conventions permettent au Premier ministre sortant de se maintenir au pouvoir tant qu'il n'est pas devenu évident qu'il n'a plus de base pour gouverner, auquel cas il est acculé à la démission.

L'absence de majorité absolue aboutit au premier parlement "suspendu" (hung parliament) depuis 1974, une situation qui a fait chuter la livre vendredi, avant qu'elle se stabilise. La Bourse de Londres a par ailleurs connu une séance très volatile.


 

Première publication : 08/05/2010

  • ROYAUME-UNI

    Le mode de scrutin des législatives vit peut-être ses derniers jours

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Malgré son revers électoral, Nick Clegg est l'homme à courtiser

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    L'incertitude politique fait plonger la livre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)