Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

EUROPE

Brown quittera la tête du Labour d'ici à l'automne

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/05/2010

Gordon Brown se sacrifie pour le Labour : le Premier ministre quittera la direction du Parti travailliste d'ici à l'automne pour permettre la formation d'une coalition avec les libéraux-démocrates. Un geste salué par Nick Clegg, chef des Lib-Dems.

AFP - Gordon Brown a provoqué un coup de théâtre lundi en se déclarant prêt à un sacrifice politique pour favoriser l'avènement d'un gouvernement de coalition entre le Labour et les libéraux-démocrates, par ailleurs engagés dans des négociations marathon avec les conservateurs.

Qui pourrait être le prochain leader du parti travailliste?

En annonçant qu'il démissionnerait de la tête du Labour d'ici l'automne, le Premier ministre a compliqué un peu plus l'imbroglio institutionnel résultant des législatives du 6 mai, gagnées par les conservateurs, mais sans la majorité absolue qui leur permettrait de former seul un gouverement.

Elle place un peu plus en posture de faiseurs de roi les libéraux démocrates de Nick Clegg, qui ont clairement entre leurs mains le choix du vainqueur.

En s'alliant au Labour délesté de M. Brown, ils permettraient aux travaillistes de décrocher un quatrième mandat historique. En scellant un accord avec les conservateurs, ils porteraient au pouvoir David Cameron, le plus jeune Premier ministre jamais désigné au Royaume-Uni, mettant fin à 13 ans de traversée du désert conservateur.

M. Brown, qui pourrait rester aux commandes de façon transitoire en cas d'accord avec les Lib Dems, est perçu comme un obstacle à la formation d'un gouvernement de coalition avec le petit parti de centre gauche, en raison de son impopularité et de dissensions personnelles avec M. Clegg.

Les deux hommes se sont pourtant rencontrés en secret à deux reprises, dimanche et lundi, alors que les négociations à huis-clos entre les libéraux démocrates et les conservateurs paraissaient progresser favorablement.

"En tant que chef de parti, je dois accepter qu'il y ait un jugement sur moi", a déclaré M. Brown avec un ton particulièrement solennel, en demandant la mise en oeuvre "des processus nécessaires" pour sa succession, avant la traditionnelle conférence annuelle du Labour", prévue du 26 au 30 septembre à Manchester."

M. Brown, qui a pris la succession de Tony Blair en 2007 sans passer par la case élection, après en avoir été dix années durant le ministre des finances, a survécu à plusieurs putschs au sein du Labour. Depuis plusieurs jours, des voix s'élevaient pour exiger sa démission. Le nom du ministre des Affaires étrangères David Miliband est largemment avancé à propos de sa succession.

A en croire le Premier ministre, les deux processus de négociations se poursuivront en parallèle dans les jours à venir, laissant entrevoir un suspense durable.

La date butoir pour la constitution d'un gouvernement est fixée au 25 mai, jour où la reine doit prononcer devant le nouveau Parlement le discours-programme du gouvernement.

Lundi en fin d'après midi, les libéraux-démocrates avaient provoqué une première surprise en demandant des "clarifications" aux Tories, sur les thèmes de la fiscalité, de l'éducation et de la réforme du scrutin électoral, en réclamant qu'une oreille attentive continue à être prêtée aux propositions avancées par les travaillistes.

Chez les tories, une même suspicion existe à l'égard des positions des Lib Dems, plus europhiles, accusés de "laxisme" sur l'immigration, et partisans d'une réforme du mode de scrutin qui révulse la majorité des conservateurs.

David Cameron et Nick Clegg, le chef des libéraux démocrates, avaient rendez-vous lundi avec les instances respectives de leur parti, pour tenter de vendre les compromis nécessaires à l'établissement d'une plate-forme commune, qui font grincer des dents de part et d'autre.

Plusieurs hypothèses étaient avancées. Le scénario le plus ambitieux est celui d'un gouvernement de coalition incluant des ministres Lib Dems. Il implique des concessions fortes de part et d'autres.

Les Lib Dems pourraient également s'engager à ne pas censurer un gouvernement conservateur, sans pour autant y prendre de portefeuille.

Cette formule a minima aurait une espérance de vie plus réduite.

MM. Cameron et Clegg ont insisté sur la nécessité --désormais illusoire-- d'avancer rapidement en vue de rassurer les marchés.

Première publication : 10/05/2010

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Les conservateurs tendent la main aux libéraux-démocrates

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Le mode de scrutin des législatives vit peut-être ses derniers jours

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Vainqueur des élections, Cameron propose à Clegg un partage du pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)