Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

L’employeur d’un ouvrier du bitume mort d’un cancer condamné pour "faute inexcusable"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2010

Une filiale du groupe français de travaux publics Vinci était poursuivie par la famille de l'un de ses ex-ouvriers spécialisé dans l'épandage du bitume, décédé d'un cancer de la peau en 2008. Elle a été reconnue coupable de "faute inexcusable".

AFP - Le tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Bourg-en-Bresse a reconnu coupable lundi la société Eurovia (filiale du groupe Vinci), qui était poursuivie pour "faute inexcusable" par la famille d'un ouvrier du bitume, décédé en 2008 d'un cancer de la peau.

L'affaire avait débuté à la suite du décès, le 3 juillet 2008, à 56 ans, d'un cancer de la peau qui s'était déclaré sur le visage de José-Francisco Serrano Andrade, ouvrier spécialisé dans l'épandage du bitume et du macadam sur les routes et autoroutes.

Lors de l'audience le 12 avril dernier, l'avocat d'Eurovia (filiale du groupe Vinci), Me Franck Dremeaux, avait estimé que la maladie de M. Andrade avait été "provoquée par une exposition excessive au soleil et non par l'inhalation de produits toxiques".

De son côté, l'avocat de la famille Andrade, Me Jean-Jacques Rinck, avait souligné que l'ouvrier était "mort d'avoir inhalé trop d'émanations de bitume, reconnues comme éminemment cancérigènes".

"C'est un scandale comparable à celui de l'amiante", avait ajouté Me Rinck, pour qui la décision du TASS "pourrait obliger les multinationales des travaux publics à dépenser des milliards d'indemnisation".

Le bitume, substance composée d'un mélange d'hydrocarbures, provient presque exclusivement de la distillation des pétroles bruts. Plusieurs pays européens reconnaissent le cancer de la peau lié à l'utilisation de bitume comme une maladie professionnelle.

A l'occasion de la journée mondiale des victimes d'accidents du travail et des maladies professionnelles, le 28 avril dernier, le secrétaire régional (CGT) de la Fédération nationale de la construction, bois et ameublement (Fnscba), avait estimé que la décision du TASS "pourrait faire jurisprudence et provoquer un véritable séisme dans le puissant milieu pétrolier".

Près de 80.000 ouvriers seraient en contact de façon plus ou moins prolongé avec le bitume, estime ce syndicat qui souligne que les ouvriers du BTP détiennent avec 155 décès en 2008, le triste record des accidents mortels.

Première publication : 10/05/2010

COMMENTAIRE(S)