Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

FRANCE

L'ex-convoyeur de fonds Toni Musulin condamné à trois ans de prison ferme

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2010

Poursuivi pour avoir volé 11,6 millions d'euros en novembre 2009, l'ex-convoyeur de fonds Toni Musulin a été condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Lyon.

AFP - Le convoyeur de fonds Toni Musulin a été condamné mardi à trois ans de prison ferme pour le vol sans arme et sans violence de 11,6 millions d'euros dans son fourgon à Lyon fin 2009 et pour la tentative d'escroquerie à l'assurance.

Après deux heures de délibération, le tribunal s'est montré plus clément que le représentant du parquet qui avait requis la peine maximale de cinq de prison encourue par le convoyeur pour la tentative d'escroquerie.

Ce jugement a été accueilli avec satisfaction par la défense du célèbre convoyeur qui a salué un "jugement équilibré" alors que le parquet réservait sa décision sur un éventuel appel.

"Le tribunal a pris la parfaite mesure de ce dossier. Ce fut un vrai procès. Au regard du déchaînement médiatique, le tribunal a su rester serein", s'est félicité Me Hervé Banbanaste devant la presse à sa sortie de la salle d'audience.

"On me dit que je suis Robin des Bois, mais non, je suis normal", avait protesté d'une voix bougonne Toni Musulin, réaffirmant qu'il n'avait pas emporté les 2,5 millions d'euros provenant du butin et qui n'ont jamais été retrouvés.

Brossant le portrait d'un homme "calculateur" et "parfois cynique", le parquet a réclamé la peine maximale de cinq ans de prison ferme.

"Cinq ans, ça correspond tout à fait au trouble à l'ordre public qui est causé par Toni Musulin", a estimé le substitut du procureur, Nicolas Hennebelle.

Pour le magistrat, l'un des enjeux du procès était de savoir si le convoyeur avait "agi sur un coup de tête", par rancune envers son employeur, la société suédoise Loomis.

Mais "ce n'est pas un Arsène Lupin, ce n'est pas un Robin des Bois c'est quelqu'un qui a fait son calcul: +allez, un an de prison, deux ans, trois ans, moins les réductions de peine, et après je pars et je profite des 2,5 millions d'euros+", a-t-il dit, écartant l'hypothèse d'un sursis avec mise à l'épreuve.

"Moi, je n'ai pas pris l'argent, c'est pas moi qui ai l'argent", a assuré le prévenu, alors que les enquêteurs n'ont retrouvé que 9,1 millions d'euros dans un box loué par Musulin à Lyon.

Interrogé sur les raisons de son passage à l'acte, Musulin, le visage las encadré d'une barbe poivre et sel, loin de l'image du braqueur bravache qui a fait fantasmer certains internautes, a répliqué : "J'avais décidé de le faire, je ne pouvais plus reculer".

Le convoyeur a expliqué qu'il n'avait pu charger la totalité de l'argent prélevé à la Banque de France dans le véhicule loué en prévision du vol, laissant entendre que d'autres personnes avaient pu emporter les billets manquants.

Auparavant il a expliqué comment il avait déchargé le fourgon: "Cela arrêtait pas de tomber, ils glissaient. C'était la galère", a-t-il dit.

"Si je pensais qu'ils allaient trouver le butin, je l'aurais pas fait. J'avais un peu les boules" en apprenant que le box avait été découvert, a grommelé Musulin, avant de faire le récit de ses 11 jours de cavale à moto et en train en Italie.

Quant à sa reddition à la police de Monaco, le 16 novembre 2009, il assure qu'il "n'avait pas le choix", car il "n'avait plus trop d'argent".

Le procès a tourné dans la matinée au procès de Loomis, accusé de privilégier la "rentabilité au détriment de la sécurité".

Musulin, également poursuivi pour "tentative d'escroquerie" à l'assurance, a dû s'expliquer sur sa Ferrari, achetée sur internet plus de 110.000 euros et qu'il a déclarée volée lors d'un "car jacking" (vol de voiture avec violence).

S'appuyant sur ses relevés de téléphonie mobile et sur le contrôle de son passeport à la frontière serbo-croate, le 1er mai 2009, les enquêteurs le soupçonnent de s'être débarrassé de sa Ferrari en Serbie, bien que le convoyeur affirme n'y être pas allé.

"Musulin tente de se faire passer pour un salarié en souffrance qui aurait agi par désespoir", mais "il avait scrupuleusement préparé son coup", a plaidé en fin de journée l'avocate de Loomis, Me Claudia Chemarin.

"Certains ont la tentation des belles voitures, des femmes. Musulin a eu la promesse d'une vie meilleure, il s'est planté (...) Il a été complètement dépassé par les évènements", a plaidé quant à lui Me Hervé Banbanaste.

Première publication : 11/05/2010

  • FRANCE

    Toni Musulin assure à ses juges ne détenir aucune part de son butin

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le convoyeur de fonds Toni Musulin s'est rendu

    En savoir plus

  • FRANCE

    La majeure partie du butin du convoyeur de Lyon retrouvée par la police

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)