Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

SUR LE NET

Firechat, l'application anti-censure des Hongkongais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

  • Hong Kong : quand les touristes chinois découvrent le mouvement pro-démocratie

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus… La Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

EUROPE

Les tractations pour la formation d'une coalition entrent dans "une phase cruciale"

Vidéo par Bénédicte PAVIOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/05/2010

Les négociations en vue de la formation d'un gouvernement de coalition sont entrées dans "une phase cruciale et finale", selon le chef des libéraux-démocrates Nick Clegg, qui négocie à la fois avec les Tories et les travaillistes.

AFP - Cinq jours après les élections législatives britanniques, les tractations pour la formation d'un gouvernement de coalition sont entrées mardi dans une phase décisive, les libéraux-démocrates devant choisir entre les propositions concurrentes des Tories et du Labour.
   
Les discussions sont dans "une phase cruciale et finale", a indiqué dans la matinée le chef des Lib Dems Nick Clegg, se disant "aussi impatient que tout un chacun". "J'espère vraiment que nous serons en mesure de faire une annonce (...) aussi rapidement que nous le pouvons", a-t-il poursuivi.


   
Son homologue du parti conservateur, David Cameron, a quant à lui estimé que "l'heure (était) venue pour les libéraux-démocrates" de prendre une décision, soulignant que les Tories avaient mis sur la table une "proposition complète, très ouverte et très raisonnable pour former un gouvernement stable".
   
Le ministre de l'Education Ed Balls, qui fait partie de l'équipe des négociateurs travaillistes, a été plus prudent. "Tout le monde veut aboutir le plus vite possible", a-t-il dit avant de s'engouffrer dans une salle de négociations. "Il y a certaines zones d'accord mais également certaines difficultés", a-t-il averti.
   
Après être arrivés en troisième position lors des législatives de jeudi dernier, celle de faiseurs de roi, les Lib Dems sont courtisés à la fois par les conservateurs, gagnants du scrutin mais sans réussir à dégager une majorité absolue, et les travaillistes du Premier ministre sortant Gordon Brown, qui se sont placés deuxièmes.
   
Tandis qu'on semblait s'acheminer lundi vers un accord entre Tories et Lib Dems, Gordon Brown a annoncé dans un surprenant revirement l'ouverture de négociations parallèles avec les libéraux, offrant de démissionner de la tête son parti et donc du gouvernement, d'ici à l'automne, afin de faciliter les discussions. Nick Clegg avait à plusieurs reprises fait part de sa réticence de négocier avec un Labour dirigé par Gordon Brown.

Qui pourrait être le prochain leader du parti travailliste?

   
Face à la surenchère travailliste, les Tories ont amélioré leur offre in extremis lundi soir, proposant un référendum sur la réforme du système électoral jugé inique par les Lib Dems, s'alignant ainsi sur le Labour qui a déjà promis de revoir le mode de scrutin.
   
Courtisés de toutes parts, les Lib Dems se retrouvent ainsi mardi à mener deux négociations parallèles. Les premières, avec le Labour, ont démarré en milieu de matinée. Elles devaient être suivies de tractations avec les Tories, à une heure indéterminée.
   
Une alliance Lab/Lib (Labour et Lib-Dems) ne rassemblerait que 315 sièges, au lieu des 326 nécessaires pour la majorité absolue, mais cela la placerait devant le groupe conservateur (306 députés). En revanche, une entente Cons/Lib (conservateurs et libéraux) dépasseraient la barre fatidique, avec 363 sièges.
   
De ce fait, si le Labour voulait réunir un gouvernement stable, il n'aurait d'autre choix que de recourir à une multitude de petits partis: les nationalistes gallois ou écossais, les démocrates ou les unionistes nord-irlandais, les indépendants...
   
Outre la complexité de cette construction, une alliance Lab/Lib pourrait être difficile à vendre auprès des membres des Lib Dems, largement divisés entre une aile droite et une aile gauche. Nick Clegg va devoir "défier son propre parti", résume le Times.
   
Mais il faudra également rassurer des marchés --la Bourse de Londres reculait de 1% environ dans la matinée-- et convaincre la population du bien-fondé de la "volte-face" de Nick Clegg, comme le dit le Times.
   
"On pensait mener des discussions honorables avec Nick Clegg (...) et on découvre qu'il rencontrait secrètement Gordon Brown", enrage l'influent député conservateur Malcolm Rifkind.
   
Une alliance Lab/Lib, qualifiée dans les médias de droite de "coalition des perdants", aurait une "légitimité douteuse" proche de "l'école Robert Mugabe", a-t-il accusé, dans une allusion au président zimbabwéen.
 

Première publication : 11/05/2010

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Les conservateurs tendent la main aux libéraux-démocrates

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Le mode de scrutin des législatives vit peut-être ses derniers jours

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES BRITANNIQUES

    Vainqueur des élections, Cameron propose à Clegg un partage du pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)