Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Le bilan du coup de grisou dans une mine de Sibérie ne cesse de s'alourdir

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/05/2010

Les secours russes évaluent désormais à 43 morts et 47 disparus le nombre de victimes du double coup de grisou qui a frappé la mine de Raspadskaïa, en Sibérie, samedi. Le précédent bilan s'élevait à 32 morts et 58 disparus.

REUTERS - Le bilan de l'accident survenu ce week-end dans une mine de charbon de Sibérie s'est alourdi mardi matin à 43 morts et 47 disparus, selon des responsables des secours cités par les agences de presse russes.

Deux explosions de méthane se sont produites dans la nuit de samedi à dimanche dans la mine de Raspadskaïa, dans la région de Kemerovo, à 3.000 km à l'est de Moscou.

Le précédent bilan faisait état de 32 morts et 58 disparus.

Le Premier ministre Vladimir Poutine est arrivé mardi dans la région, précisent les agences russes.

Plus de 350 mineurs se trouvaient dans les galeries lors de la première explosion, samedi peu après minuit (17h00 GMT). Une majorité d'entre eux ont pu remonter en surface par leurs propres moyens; les opérations de secours ont été perturbées par la seconde déflagration et les risques élevés de nouvelle explosion.

Amane Touleïev, gouverneur de la région de Kemerovo, a redit que les secours n'avaient plus beaucoup de temps pour sauver les mineurs encore piégés.
 

Première publication : 11/05/2010

  • RUSSIE

    Au moins 30 morts et plusieurs dizaines de disparus après un coup de grisou en Sibérie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)