Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

EUROPE

Une mauvaise blague sur Twitter lui vaut une condamnation pour terrorisme

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/05/2010

Excédé par des retards dus au mauvais temps, le jeune Paul Chambers a déclaré, en janvier, sur Twitter, qu'il allait faire sauter l'aéroport de Doncaster (nord-est de l'Angleterre). Une mauvaise blague pour laquelle il vient d'être condamné.

Paul Chambers ne "twittera" probablement plus jamais sous le coup de la colère. En janvier, cet internaute britannique de 26 ans avait déclaré à ses 600 abonnés ("followers") qu’il entendait "faire sauter" l’aéroport de Doncaster (nord-est de l'Angleterre) fermé en raison de la neige. Le jeune homme est alors loin de s’imaginer que son message sera pris au sérieux. Cinq mois plus tard, il est condamné à une amende de 1 000 livres (1 163 euros).

Lundi, le  tribunal de première instance de Doncaster a estimé que Paul Chambers s'était rendu coupable de la publication d'un "message à caractère menaçant". Il a été condamné en vertu d'une loi sur les communications datant de 2003. Une époque où Twitter n’existait pas encore.

Le "tweet" en question avait été repéré par un salarié de l’aéroport Robin-Hood de Doncaster. Alerté, le chef de la sécurité avait jugé ce message "peu crédible" mais l’avait toutefois fait parvenir à la section antiterroriste de la police britannique. Le début des problèmes pour le jeune Britannique.

Les autorités estiment que l'auteur du gazouillis quelque peu comminatoire mérite qu’on s’intéresse de plus près à son cas. Paul Chambers est alors mis en garde à vue. Son ordinateur portable, son ordinateur de bureau sont saisis en vertu des lois britanniques de lutte contre le terrorisme. Dans l’attente de son procès, le twitternaute est relâché fin janvier après avoir payé sa caution.

Dépassé par les événements

Devant le juge, Paul Chambers a paru, selon le quotidien britannique "Telegraph", un peu dépassé par les événements. Il a avoué "que l’idée qu'un salarié de l’aéroport tombe sur son message alors qu’environ 600 'tweets' sont postés toutes les secondes" ne lui avait pas traversé l’esprit. Son avocat a tenté de plaider que ce genre de langage était commun sur des messageries comme Twitter et que sa mauvaise blague n’avait eu "aucun impact opérationnel" sur le fonctionnement de l’aéroport de Doncaster.

Mais, pour le magistrat, ce "dérapage" est "de nature menaçante dans le contexte dans lequel nous vivons". Il a, en outre, rajouté que l'accusé devait "être conscient de la nature menaçante de ce message".

Depuis, Paul Chambers a également perdu son travail. Un retour de bâton pour quelqu’un qui, à l’origine, voulait simplement prendre l’avion pour "retrouver une fille qu’il avait rencontrée sur... Twitter". Peu après l’énoncé du verdict, il a ironiquement remercié sur sa page Twitter les autorités britanniques "pour s’être donné autant de mal à détruire la vie d’un citoyen ordinaire britannique". Paul Chambers envisage de faire appel.

Première publication : 11/05/2010

COMMENTAIRE(S)