Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

L'opposition proteste contre le rapprochement entre Kiev et Moscou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/05/2010

Environ 2000 partisans de l'opposition ukrainienne pro-occidentale ont manifesté ce mardi, à Kiev, contre le rapprochement avec la Russie initié par le nouveau président, Viktor Ianoukovitch.

AFP - Environ 2.000 partisans de l'opposition pro-occidentale ukrainienne ont manifesté mardi au centre de Kiev contre le rapprochement avec la Russie entamé par le nouveau président Viktor Ianoukovitch, qui met à mal selon eux l'indépendance nationale.

Ce rassemblement à l'appel de l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko et de plusieurs autres partis d'opposition nationaliste et pro-occidentale près du Parlement fut moins important que ne l'espéraient les organisateurs.

"Ukraine!" ont-ils scandé à plusieurs reprises, brandissant des drapeaux bleu et jaune -- aux couleurs du pays -- et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "Ianoukovitch, on ne vend pas les parents et la patrie!" et "Ianoukovitch, arrête de vendre l'Ukraine!"

"Ils vendent tout: notre territoire, notre indépendance, notre identité", a lancé devant les manifestants Mme Timochenko. "Nous allons renverser ce pouvoir", a-t-elle promis.

A ses côtés, le leader du parti nationaliste Svoboda (Liberté), Oleg Tiagnybok, a accusé le chef de l'Etat de "renouveler l'Union soviétique" et de "se mettre à plat ventre devant Moscou".

"L'Ukraine est en danger. Ils ont donné une partie de notre souveraineté", a pour sa part accusé l'ex-chef de la diplomatie ukrainienne, Boris Tarassiouk.

"Je vous appelle tous à la résistance! Protégeons l'Ukraine, protégeons l'indépendance", s'est-il exclamé devant les manifestants.

Sous une pluie fine, des centaines de policiers antiémeute ont pris position autour du Parlement pour empêcher les opposants de s'y approcher et les séparer de plusieurs centaines de partisans du président réunis à proximité. Des barrières métalliques hautes de plus d'un mètre ont également été déployées.

Très calme, voire apathiques, les manifestants pro-Ianoukovitch exhibaient des banderoles sur lesquelles il était écrit: "Stabilité à l'Ukraine! Non aux provocations politiques de Timochenko!" et "Non aux révolutions!"

M. Ianoukovitch a succédé en février au fervent pro-occidental Viktor Iouchtchenko, dont les relations avec Moscou étaient au plus bas.

Cette manifestation intervient trois semaines après la signature surprise par M. Ianoukovitch d'un accord sur le prolongement de 25 ans du bail de la base navale russe en Crimée (sud de l'Ukraine), en échange d'une réduction de 30% du prix des livraisons de gaz russe.

La ratification de ce document au Parlement ukrainien avait été marquée par des tirs de fumigènes, volées d'oeufs, coups de poing et morsures entre les députés pro-présidentiels et ceux de l'opposition, qui ont dénoncé une haute trahison et tentaient sans succès d'empêcher le vote.

Quelques jours plus tard, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a jeté un pavé dans la mare en proposant de fusionner Gazprom, premier producteur mondial de gaz, et son homologue ukrainien Naftogaz, en difficulté. L'opposition ukrainienne a condamné cette initiative comme une menace pour la souveraineté du pays.

La conclusion de nouveaux importants accords de coopération entre Kiev et Moscou est attendue le 17 mai, à l'occasion d'une visite en Ukraine du président russe, Dmitri Medvedev.

Mardi, Mme Timochenko a promis que l'accord sur la flotte serait "dénoncé" lorsque l'opposition arrivera au pouvoir, affirmant que les nouveaux "documents anti-ukrainiens" devant être signés en mai donneront aux Russes le contrôle du nucléaire civil et de l'énergie électrique en Ukraine.

"Une fois que tout cela sera signé, nous n'aurons plus rien", a-t-elle lancé.

Première publication : 11/05/2010

COMMENTAIRE(S)