Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Microsoft suit les traces de Google pour son Office 2010

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 12/05/2010

Le géant du logiciel lance, ce mercredi, la nouvelle version de sa suite Office avec deux révolutions à la clé : c'est en partie gratuit et sur le net. Une manière de répondre à Google.apps

Microsoft effectue, ce mercredi, un grand bond dans l’inconnu : celui de l’offre gratuite pour les entreprises. Le groupe lance, en effet, sa nouvelle version d’Office, la populaire suite bureautique (traitement de texte, tableur etc.), qui, en partie, ne coûtera pas un centime. Une première qui s’explique par le souffle chaud de Google dans la nuque du géant du logiciel sur ce secteur.

Dans un premier temps, seules les entreprises pourront se procurer Office 2010, les particuliers devant attendre mi-juin. Mais l’offre comporte les mêmes ingrédients pour tous : une suite gratuite sur le net, baptisée Office web apps, mais amputée de plusieurs de ses fonctions les plus avancées qui, elles, seront payantes. En outre, Microsoft n’abandonne pas pour autant une version "en boîte" complète et payante (500 dollars pour les entreprises).

Pas le choix

Si l’option payante ne déroge pas à la tradition chez Microsoft, la révolution gratuite peut changer le modèle économique du géant de Redmond (Washington). Les suites Office représentent, en effet, la principale source de revenus du groupe. L’an passé, elles avaient rapporté plus de 15 milliards de dollars. Le passage au gratuit, même partiellement, devrait avoir un impact sur le tiroir-caisse. Microsoft tente d’ores et déjà de le minimiser en ouvrant à la publicité sa version gratuite en ligne.

Mais le groupe a-t-il vraiment le choix ? Jusqu’à présent, Microsoft dominait outrageusement le secteur des suites bureautiques avec 94 % des parts de marché. Pas de quoi paniquer à priori. Mais depuis 2006, les alternatives gratuites se multiplient et, pour la plupart, elles sont toutes en ligne. Les plus jeunes utilisateurs sont donc habitués à ce modèle, comme le rappelle le New York Times, et Microsoft peut difficilement laisser le champs libre à la concurrence.

Surtout que son principal adversaire s’appelle, encore et toujours, Google avec sa suite Google.apps. Le géant de l’Internet assure que depuis qu’il s’est installé sur ce marché, il a séduit 25 millions d’internautes. Il représente, certes, que 4% des parts de marché actuellement, mais le groupe a entamé une stratégie particulièrement agressive. Ainsi, sur son blog officiel, mardi, Google a laissé un message pour le moins provocateur appelant ouvertement les internautes à passer de Microsoft Office à sa solution. Un sacré virage pour le groupe qui, en 2007, avait posté un autre message assurant que Google.apps n’était, juré, craché, en aucun cas un concurrent de Microsoft…

Première publication : 12/05/2010

COMMENTAIRE(S)