Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Amériques

Obama souhaite débuter le rapatriement des troupes en juillet 2011

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2010

Le président américain a reçu son homologue afghan à la Maison Blanche, ce mercredi, dans le but d'apaiser les tensions entre les deux pays. Barack Obama a indiqué avoir bon espoir de lancer le rapatriement des troupes américaines en juillet 2011.

AFP - Les présidents Barack Obama et Hamid Karzaï ont multiplié les démonstrations d'unité et de bonne volonté mercredi, voulant visiblement dépasser une période difficile dans les relations entre les Etats-Unis et l'Afghanistan.

"En ce qui concerne les tensions perçues entre le gouvernement américain et le gouvernement afghan, laissez-moi vous dire d'emblée qu'une grande partie d'entre elles ont été exagérées", a affirmé M. Obama lors d'une conférence de presse commune avec M. Karzaï, au terme d'une heure d'entretiens dans le Bureau ovale de la Maison Blanche.

M. Karzaï a assuré que les relations entre les deux pays, malgré des hauts et des bas, étaient "plus solides que jamais" et exprimé sa gratitude pour les "sacrifices" américains en Afghanistan, en évoquant avec émotion sa visite à des GI's blessés dans un hôpital militaire de Washington.

De son côté, M. Obama a salué le "partenariat stratégique qui s'approfondit" avec Kaboul et indiqué que lui et M. Karzaï avaient "réaffirmé leur objectif commun" de lutter contre Al-Qaïda, en Afghanistan et au Pakistan, "pour éviter qu'il puisse menacer les Etats-Unis ou nos alliés à l'avenir".

Les deux dirigeants n'ont pas pour autant éludé les sujets sensibles qui ont provoqué de forts remous dans leurs relations ces derniers mois, en particulier quand M. Karzaï, en réponse à des critiques sur sa façon de gouverner, avait accusé les Occidentaux d'avoir orchestré des fraudes électorales lors de la présidentielle qui l'a reconduit au pouvoir fin 2009.

M. Obama a reconnu mercredi que des progrès avaient été effectués contre la corruption en Afghanistan, mais souligné que lui et M. Karzaï savent "qu'il faut faire plus" en la matière, ce à quoi le président afghan a répondu en s'engageant à dépenser l'aide financière américaine avec "application" et une "extrême prudence".

Le président Obama a pour sa part dit endosser la responsabilité des morts de civils lors des opérations militaires, tout en affirmant "ne pas prendre cela à la légère". "Nous voulons réduire le nombre de victimes civiles, pas seulement parce que cela pose problème au président Karzaï" mais "parce que je ne veux pas que des civils soient tués", a-t-il insisté.

Barack Obama a annoncé en décembre l'envoi de 30.000 soldats supplémentaires en Afghanistan, espérant ainsi reprendre l'initiative face aux talibans et rapatrier les troupes américaines à partir de l'été 2011. Dans cette optique, les forces de l'OTAN préparent actuellement une offensive militaire à Kandahar (sud), fief de l'insurrection.

Mais, Kaboul souhaite négocier un accord de sécurité avec les Etats-Unis qui garantirait leur engagement dans le pays à plus long terme, a révélé mercredi un haut responsable militaire américain, en soulignant sous couvert de l'anonymat que la visite de quatre jours de M. Karzaï à Washington avait été en particulier consacrée au futur rôle des Etats-Unis en Afghanistan.

La délégation afghane a cité en exemple le contrat en vigueur entre Washington et l'Irak mais aussi les accords liant les Etats-Unis à des partenaires comme le Japon, l'Australie, Israël ou encore le Pakistan, considérés comme des "alliés majeurs hors OTAN", et ayant à ce titre droit à certains traitements de faveur, comme l'accès à des technologies informatiques américaines sensibles.

Après la conférence de presse, M. Obama devait continuer à dérouler le tapis rouge pour son hôte en déjeunant avec lui et des membres de sa délégation dans la salle du Conseil de la Maison Blanche.

Première publication : 12/05/2010

  • AFGHANISTAN

    "Ce n'est pas demain que Karzaï va rejoindre les Taliban"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)