Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Afrique

Six responsables présumés des violences post-électorales seront jugés par la CPI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2010

Le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé qu'il présentera un dossier contre six responsables présumés des violences post-électorales aux juges de la CPI. Il s'agit de dirigeants politiques associés au parti du président Kibaki.

AFP - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a annoncé mercredi qu'il présentera d'ici fin 2010 aux juges de la CPI un dossier contre six responsables présumés des violences post-électorales de 2007 au Kenya.

"Nous allons présenter un dossier d'ici la fin de l'année contre six personnes", a déclaré M. Ocampo lors d'une conférence de presse à Nairobi, à l'issue d'une visite de travail de cinq jours au Kenya.

"Ce sont les leaders, les personnes que je considère comme les plus responsables des crimes commis au Kenya" lors des violences politico-ethniques qui avaient suivi la réélection contestée du président Mwai Kibaki le 27 décembre 2007 et avaient fait environ 1.200 morts et 350.000 déplacés.

"Nous allons mener deux enquêtes. (...) Nous présenterons le dossier (aux juges de la CPI) contre six personnes quand j'aurais toutes les preuves. Ce sera fait avant la fin de l'année", a précisé M. Moreno-Ocampo, assurant que "le peuple kényan en sera informé".

La CPI a autorisé en mars l'ouverture d'une enquête sur ces violences. Le procureur Moreno-Ocampo, qui affirme vouloir conclure son enquête d'ici six mois, est arrivé samedi à Nairobi pour enquêter sur ces violences.

En mars, il avait déjà remis aux juges de la CPI une liste comprenant les noms de 20 personnes soupçonnées d'avoir soutenu ces violences.

Il s'agit selon lui de dirigeants politiques ou de hauts responsables du secteur économique, associés au Parti de l'unité nationale (PNU) du président Kibaki ou au Mouvement démocratique orange (ODM) du chef de l'opposition et actuel Premier ministre Raila Odinga.

Première publication : 12/05/2010

COMMENTAIRE(S)