Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Asie - pacifique

Tollé après l'élection de la Libye et de la Thaïlande au Conseil des droits de l'Homme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2010

De nombreuses ONG critiquent vertement l'élection de la Libye et de la Thaïlande, hier, parmi les 14 pays siégeant au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Elles dénoncent un vote "joué d'avance" dévalorisant l'institution.

REUTERS - La Libye et la Thaïlande figurent parmi les 14 pays élus jeudi au Conseil des droits de l’homme de l’Onu lors d’un vote “joué d’avance” selon des ONG.

L’Angola, la Mauritanie, l’Ouganda, les Maldives, la Malaisie, le Qatar, la Moldavie, la Pologne, l’Equateur, le Guatemala, l’Espagne et la Suisse, ont également été élus par l’Assemblée générale pour un mandat de trois ans au sein du conseil, qui compte 47 membres.

La Libye et la Thaïlande sont montrées du doigt par les organisations de défense des droits de l’homme qui dénoncent leurs manquements aux droits et aux libertés.

“Les élections du conseil se transforment en processus joué d’avance qui ôte leur sens aux critères d’adhésion établis par l’Assemblée générale”, a déploré Pegy Hicks, directrice de la division “Plaidoyer mondial” à Human Rights Watch.

L’Iran avait également posé sa candidature avant de la retirer il y a un mois en échange d’un siège à la commission de l’Onu sur le statut des femmes.

Première publication : 14/05/2010

  • TCHAD

    Incertitudes sur la poursuite de la mission des casques bleus dans l'est du pays

    En savoir plus

  • LIBAN

    Onze soldats français de la Finul blessés lors d'une explosion accidentelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)