Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité : vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Bénin : mobilisation générale contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais de "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage : les secrets des hommes de l'ombre dévoilés

En savoir plus

Asie - pacifique

Seh Daeng, un général renégat jusqu’au-boutiste

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2010

Héros militaire pour les uns, ennemi public numéro un pour les autres, Khattiya Sawasdipol, alias "Seh Daeng", est décédé ce lundi. Il avait été blessé jeudi à la tête dans des affrontements entre l'armée et les "chemises rouges". Portrait.

Seh Daeng, de son vrai nom Khattiya Sawasdipol, est décédé lundi après avoir été grièvement blessé à la tête, jeudi dernier. Cette figure emblématique du mouvement des "chemises rouges" qui était au cœur des affrontements agitant le royaume depuis le mois de mars ne laissait personne indifférent. "Ici, on fait comme à Paris il y a 200 ans, on veut prendre la Bastille !", expliquait-il à notre correspondant en Thaïlande, Cyril Payen, fin avril.

De son vivant, les détracteurs comme les sympathisants de celui qu’on avait pris l’habitude de surnommer le "général rouge" lui reconnaissaient tous au moins une qualité : sa détermination. En 2008, par exemple, alors qu’il était encore général-major de l’armée régulière, il avait voulu déloger des manifestants anti-gouvernementaux retranchés en leur envoyant des serpents depuis des hélicoptères. Le Premier ministre d’alors, Samak Sundaravej, avait, selon ses dires, refusé de recourir à cette méthode…

Des autobiographies à sa gloire

Passé dans l’opposition, l'homme avait conservé ses élans jusqu’au-boutistes hérités d’un passé de militaire-barbouzard qui a contribué à sa légende. Khattiya Sawasdipol a même écrit une série de livres à sa gloire, retraçant ses prétendus exploits comme agent infiltré chez des islamistes d’Aceh (Indonésie) ou encore comme allié des services secrets américains durant la guerre du Vietnam. Ses œuvres, très prisées par ses partisans, forment une série baptisée "Kom Seh Daeng" ("le commandant rouge").

Les autorités thaïlandaises lui attribuent la responsabilité d’une dizaine d’attaques à la grenade à Bangkok, qui ont fait une centaine de morts depuis le début des heurts. Une accusation qu’il a toujours niée. Son rôle se serait borné, selon lui, à celui d’instructeur militaire des "chemises rouges".

Si les qualités militaires de Seh Daeng étaient reconnues, sa forte personnalité a longtemps dérangé sa hiérarchie et lui avait finalement valu une disgrâce, en janvier. Il avait alors été suspendu pour avoir soutenu financièrement les partisans de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra. Comme il l’expliquait récemment à l’AFP, ses problèmes auraient commencé en 2008. Lassé par son comportement - il avait accusé un commandant de la police d’être corrompu en 2006 -, le chef de l’armée avait décidé, en novembre 2009, de le réaffecter, en lui attribuant un poste d'instructeur militaire en charge de cours de... fitness et de danse.

Son décès marque une nouvelle étape dans le conflit qui oppose les chemises rouges au pouvoir en place. Avec de nouvelles violences en perspectives ? "Il était à la tête d’une faction paramilitaire rebelle qui est dorénavant livrée à elle-même", prévient Cyril Payen.

Première publication : 13/05/2010

  • THAÏLANDE

    Un général proche des "chemises rouges" grièvement blessé, un manifestant tué

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Les autorités décident de sévir contre les "chemises rouges"

    En savoir plus

  • REPORTAGE - THAÏLANDE

    Aux côtés d'un chef militaire des "chemises rouges"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)