Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Afrique

L'avion d'Al-Afriqiyah qui s'est écrasé à Tripoli n'avait signalé aucune avarie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2010

Le pilote de l'A330-200 de la compagnie Al-Afriqiyah qui s'est écrasé mercredi à Tripoli n'avait signalé aucune avarie. L'enquête sur le crash, qui a causé la mort de 103 personnes, se poursuit.

AFP- Le pilote de l'avion d'Al-Afriqiyah qui s'est écrasé mercredi près de Tripoli, faisant 103 morts, n'avait pas signalé de problème technique sur l'appareil avant le crash, a indiqué vendredi à l'AFP le président de la Commission d'enquête, Neji Dhaou.
   
"Le pilote n'a signalé aucun problème. Jusqu'au dernier moment, les choses se déroulaient tout à fait normalement entre le pilote et la tour de contrôle", a déclaré M. Dhaou.
   
"Ce que je peux confirmer pour le moment, c'est que l'avion a percuté le sol juste avant d'atteindre la piste", a-t-il ajouté, précisant que les enquêteurs n'"écartaient aucune hypothèse pour le moment".
   
La commission d'enquête est composée notamment de deux experts français du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), de cinq employés du constructeur aéronautique Airbus, ainsi que d'enquêteurs libyens, sud-africains et de deux observateurs néerlandais.
   
Des experts américains du Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) devaient se joindre vendredi à la commission, "dans la mesure où le moteur et le système de navigation de l'avion sont de fabrication américaine", a précisé M. Dhaou.
   
Le crash mercredi du A330-200 de la compagnie aérienne libyenne Al-Afriqiyah en provenance de Johannesburg a fait 103 morts et un seul rescapé, un enfant néerlandais de 9 ans.

Première publication : 14/05/2010

  • LIBYE

    Les boîtes noires de l'avion d'Afriqya retrouvées, l'enquête commence

    En savoir plus

  • LIBYE

    103 victimes et un survivant de 8 ans après le crash d'un Airbus à Tripoli

    En savoir plus

  • VOL RIO-PARIS

    La zone des boîtes noires de l'AF 447 localisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)