Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Moyen-orient

La Sorbonne d'Abou Dhabi délivre ses premiers diplômes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2010

La première promotion de la Sorbonne d’Abou Dhabi vient de sortir, fraîchement diplômée. Cette branche de la prestigieuse université française n'atteint pas encore sa capacité d'accueil de 2000 étudiants. En cause notamment, le coût des études.

Quatre ans après le lancement de l’université Paris-Sorbonne Abou Dhabi, la toute première promotion d’étudiants à y avoir été scolarisée en est ressortie diplômée, dimanche. Au total, 180 diplômes, notamment des licences et des masters, ont été directement délivrés par Paris-IV. "Tous ces diplômes sont exactement les mêmes que les diplômes français", assure le professeur Georges Molinié, président de la célèbre université parisienne.

La branche délocalisée de la Sorbonne a été créée en 2006 par un accord de coopération internationale signé entre Paris-IV et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche de l'émirat d’Abou Dhabi. En décembre dernier, elle s’est définitivement installée sur l’île d’Al-Reem, dans un complexe ultra-moderne financé par l'émirat.

L'objectif de ce projet, qui s’inscrit dans la droite ligne de celui du Louvre, est de faire rayonner le prestige d’une université française au Moyen-Orient. L'enjeu est de taille, la jeunesse de la région se tournant, en priorité, vers les cursus anglo-saxons et les filières plus techniques.

Malgré sa capacité d'accueil qui s'élève à 2 000 étudiants, la Sorbonne d’Abou Dhabi est encore loin d’afficher complet. Pour l’heure, moins de 500 étudiants, dont une minorité d’Émiriens, occupent les bancs de la faculté.

Le phénomène peut s'expliquer en partie par le coût élevé des études à la Sorbonne, l'inscription dans la prestigieuse université s'élève en effet à 12 000 euros par an pour une licence, et près de 20 000 euros pour un Master.

Mais la barrière de la langue constitue un autre défi, comme l’explique Obaid al-Jeraishi, diplômé d’un master en Marketing et Communication. "Il ne faut pas oublier qu’aux Émirats, la deuxième langue est l’anglais, rappelle celui-ci. Donc, pour nous, améliorer notre français et le parler est un véritable défi". 

Première publication : 17/05/2010

COMMENTAIRE(S)