Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Moyen-orient

La Sorbonne d'Abou Dhabi délivre ses premiers diplômes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/05/2010

La première promotion de la Sorbonne d’Abou Dhabi vient de sortir, fraîchement diplômée. Cette branche de la prestigieuse université française n'atteint pas encore sa capacité d'accueil de 2000 étudiants. En cause notamment, le coût des études.

Quatre ans après le lancement de l’université Paris-Sorbonne Abou Dhabi, la toute première promotion d’étudiants à y avoir été scolarisée en est ressortie diplômée, dimanche. Au total, 180 diplômes, notamment des licences et des masters, ont été directement délivrés par Paris-IV. "Tous ces diplômes sont exactement les mêmes que les diplômes français", assure le professeur Georges Molinié, président de la célèbre université parisienne.

La branche délocalisée de la Sorbonne a été créée en 2006 par un accord de coopération internationale signé entre Paris-IV et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche de l'émirat d’Abou Dhabi. En décembre dernier, elle s’est définitivement installée sur l’île d’Al-Reem, dans un complexe ultra-moderne financé par l'émirat.

L'objectif de ce projet, qui s’inscrit dans la droite ligne de celui du Louvre, est de faire rayonner le prestige d’une université française au Moyen-Orient. L'enjeu est de taille, la jeunesse de la région se tournant, en priorité, vers les cursus anglo-saxons et les filières plus techniques.

Malgré sa capacité d'accueil qui s'élève à 2 000 étudiants, la Sorbonne d’Abou Dhabi est encore loin d’afficher complet. Pour l’heure, moins de 500 étudiants, dont une minorité d’Émiriens, occupent les bancs de la faculté.

Le phénomène peut s'expliquer en partie par le coût élevé des études à la Sorbonne, l'inscription dans la prestigieuse université s'élève en effet à 12 000 euros par an pour une licence, et près de 20 000 euros pour un Master.

Mais la barrière de la langue constitue un autre défi, comme l’explique Obaid al-Jeraishi, diplômé d’un master en Marketing et Communication. "Il ne faut pas oublier qu’aux Émirats, la deuxième langue est l’anglais, rappelle celui-ci. Donc, pour nous, améliorer notre français et le parler est un véritable défi". 

Première publication : 17/05/2010

COMMENTAIRE(S)