Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

FRANCE

Le PS dévoile son "contre-projet" de réforme des retraites

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/05/2010

Martine Aubry, la Première secrétaire du Parti socialiste, a présenté mardi un "contre-projet" de réforme des retraites donnant la priorité à une taxation financière et bancaire. Il maintient par ailleurs l'âge légal de départ à 60 ans.

AFP - Au lendemain du rapport du gouvernement sur les retraites, Martine Aubry a présenté mardi la réforme "durable, juste et efficace" que prône son parti, axée sur une taxation financière et bancaire, et un âge légal de départ maintenu à 60 ans.

Chiffres à l'appui, la Première secrétaire a détaillé son contre-projet que la direction socialiste venait d'adopter à la quasi-unanimité (trois abstentions seulement, Malek Boutih, Manuel Valls, Gérard Collomb).

Face à la "réforme bâclée" présentée par le gouvernement Fillon, le PS entend "apporter aux Français une forme de confiance dans leur système de retraite", selon le maire de Lille.

Lors d'un meeting de l'UMP dans l'Essonne, le ministre du Travail, Eric Woerth, a dénoncé dans la soirée la "précipitation" et "l'affolement" autour du contre-projet socialiste, et le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, son manque de "sérieux", évoquant un "véritable tour de passe-passe".

Pour Mme Aubry, il s'agit une "réforme de société" qui ne saurait être vue du seul point de vue financier.

La "réforme juste et ambitieuse pour la retraite universelle et personnalisée", est résumée dans un texte de huit pages et s'inscrit, a souligné Mme Aubry, dans le cadre des hypothèses formulées par le Conseil d'orientation des retraites (COR).

L'horizon choisi est 2025, avec nouveau rendez-vous fixé cette année-là.

L'un des principaux axes est le maintien des 60 ans. "Nous nous opposerons de toutes nos forces au fait de repousser l'âge légal au-delà de 60 ans", a averti le maire de Lille.

Autre axe majeur: "mettre à contribution les revenus du capital", stock-options et bonus notamment, mais aussi application de la CSG aux revenus du capital qui n'y sont pas actuellement soumis et augmentation de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises, avec exonération des PME. Le tout rapporterait 19 milliards d'euros dès 2010 et 25 milliards en 2025.

Le PS veut aussi relever l'impôt sur les sociétés (IS) acquitté par les banques: + 15%, dont il attend 3 milliards d'euros par an pour abonder le Fonds de retraite créé par Lionel Jospin quand il était à Matignon.

Toujours dans le volet financement, "nous proposons une augmentation modérée et étalée dans le temps des cotisations salariales et patronales à partir de 2012", a expliqué Mme Aubry.

"Nous ne voulons pas prélever sur le pouvoir d'achat des salariés et des ménages. A partir de 2O12, nous proposons une augmentation de 0,1% de cotisations salariales et employeurs chaque année pour atteindre 1% au bout de 10 ans. Cela rapporte 12 mds au système de retraites. Cela coûte entre 20 et 25 euros par mois pour un salaire moyen", selon la patronne du PS.

En revanche, pas d'allongement de la durée de cotisation jusqu'en 2020, la question pouvant être revue à cette date.

Les socialistes insistent aussi sur l'emploi des seniors, prônant "un rendez-vous tous les 2 ou 3 ans pour tous les salariés dès 45 ans", une généralisation du tutorat, "une pénalité dissuasive" pour entreprises réfractaires.

Le PS veut aller vers un système de ""retraite choisie" avec notamment la création d'un "compte temps" pour les nouvelles générations, décloisonnant formation, travail, retraite et pour inciter à travailler plus longtemps, une surcote renforcée.

La pénibilité - travail de nuit, à la chaîne, port de charges lourdes, travail dans le bâtiment - sera prise en compta via une une majoration des annuités permettant de se retirer plus tôt.

Au Bureau national, s'est réjouie Mme Aubry, "la quasi totalité des interventions étaient pour dire que "nous étions responsables pour deux et ce système était juste efficace et faisait honneur au parti d'opposition que nous sommes".

Première publication : 19/05/2010

COMMENTAIRE(S)