Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Sports

Floyd Landis avoue s'être dopé et met en cause Lance Armstrong

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/05/2010

Destitué de sa victoire dans le Tour de France 2006 pour dopage, le coureur américain Floyd Landis avoue s'être dopé pendant la plus grande partie de sa carrière. Et accuse Lance Armstrong de l'avoir initié à une telle pratique.

AFP - L'Américain Floyd Landis, dont la victoire dans le Tour de France en 2006 avait été annulée après un contrôle positif à la testostérone, a avoué au site internet espn.com qu'il avait eu recours au dopage durant l'essentiel de sa carrière.

"Je veux laver ma conscience, je ne veux plus faire partie de ce problème", a dit au site de la chaîne sportive américaine Landis, qui avait toujours nié s'être dopé et avait engagé d'importantes sommes pour sa défense.

Selon espn.com, Landis a expliqué avoir utilisé de l'EPO, de l'hormone de croissance humaine et des transfusions sanguines, ainsi que des hormones féminines et, une seule fois, de l'insuline, pendant les années où il a couru pour la formation américaine US Postal (de 2002 à 2004) et pour l'équipe suisse Phonak (2005 et 2006).

Sous les couleurs de l'US Postal, Landis a notamment été l'équipier de Lance Armstrong pendant trois de ses sept victoires dans le Tour de France.

Espn.com écrit que le coureur, âgé aujourd'hui de 34 ans, avait dépensé jusqu'à 90.000 dollars par an pour des produits dopants et les services de consultants qui l'aidaient à mettre au point un régime d'entraînement.

Landis a indiqué qu'il avait envoyé des courriers électroniques des dernières semaines à des autorités antidopage et des institutions cyclistes, notamment sa Fédération et la Fédération internationale (UCI), impliquant des dizaines d'autres coureurs, directeurs sportifs et patrons d'équipe et proposant de surcroît aux autorité antidopage américaines de mettre ses journaux et cahiers d'entraînement à leur disposition.

Armstrong l'a aidé

Il a toutefois précisé à espn.com qu'il n'avait aucune preuve matérielle pour étayer ses accusations contre d'autres coureurs.

Selon l'édition de jeudi du Wall Street Journal, qui a pris connaissance de trois des emails envoyés de Landis, ce dernier affirme notamment qu'il a commencé à se doper sous la houlette de Johan Bruyneel, alors directeur sportif d'US Postal, et indique aussi que Lance Armstrong l'a aidé à comprendre l'usage des produits dopants.

"Il (Armstrong) et moi avons eu de longues discussions pendant nos sorties d'entraînement pendant lesquelles il m'expliquait aussi l'évolution des tests contre l'EPO qui rendait du coup nécessaire les transfusions (sanguines)", écrit le journal en citant un extrait d'email de Floyd Landis.

Le nom de ses anciens coéquipiers George Hincapie, Levi Leipheimer et Dave Zabriskie apparaît également dans les emails de Landis, indique le journal.

Selon espn.com, Landis a décidé de dire la vérité parce qu'il souffrait psychologiquement depuis des années d'être devenu un paria du cyclisme.

Après une suspension de deux ans à la suite de son contrôle positif sur le Tour 2006, l'Américain avait fait son retour au cyclisme en février 2009 lors du Tour de Californie, couru sous les couleurs de la modeste équipe OUCH et avec une prothèse de hanche après une opération. Ce retour avait été un échec.

Première publication : 20/05/2010

COMMENTAIRE(S)