Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 05/11/2010

Le gouvernement Cameron dévoile les grandes lignes de son programme

La coalition britannique, formée par les Conservateurs et les Libéraux-Démocrates, a dévoilé les grandes lignes de son programme jeudi 20 mai. Le Premier ministre, David Cameron, a le jour même, entamé le premier voyage officiel de son mandat.

David Cameron tente de faire oublier son euroscepticisme en dédiant son premier voyage diplomatique à l’Europe. Le nouveau Premier ministre britannique était à Paris jeudi 20 mai et à Berlin le lendemain.

Si les Tories sont réputés pour leur méfiance vis-à-vis de l’Union, les Libéraux-Démocrates, leur partenaire de coalition, sont connus pour leur europhilie. Nick Clegg, le vice-premier ministre, a lui-même été député européen. Aujourd’hui, David Cameron veut, selon ses propres mots, ''réaffirmer [sa] volonté d'engagement constructif avec l'Europe''.

''L’actuelle position des Conservateurs est moins radicale que celle qu’ils auraient eu s’ils avaient été seuls au pouvoir'', a estimé sur l’antenne de France 24 Jean-Claude Sergeant, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle.

David Cameron avait déjà modéré ses humeurs eurosceptiques en renonçant à dénoncer le Traité de Lisbonne. En revanche, il n’a pas fait de grandes concessions à l’europhilie des Libéraux-Démocrates : tout nouveau transfert de compétences vers l’Europe devra être soumis à référendum et son gouvernement s’est engagé à ne pas adopter l’euro dans cette législature.

Le Premier ministre britannique plaide en revanche pour une action concertée sur les enjeux économiques. Aux côtés de Nicolas Sarkozy, il a insisté sur le fait que l’Europe devait rester soudée malgré la crise. ''Même si la Grande-Bretagne ne veut pas adopter la monnaie unique, il est dans notre intérêt que la zone euro (…) soit forte, stable et connaisse la croissance.''

David Cameron opère donc un rapprochement stratégique auprès de ses partenaires européens tout en ménageant la base de son électorat eurosceptique.

Parallèlement, il n’oublie pas de cultiver l'amitié de la Grande-Bretagne avec les Etats-Unis. La semaine dernière, William Hague, nouveau ministre des Affaires étrangères, s’est rendu aux Etats-Unis pour y rencontrer la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton.

Par Marie Billon

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/07/2017 Irak

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

Pour les officiels de l'armée irakienne, la bataille de Mossoul est terminée : les dernières poches sous contrôle du groupe État islamique (EI) ont été reprises. Mais, bien que...

En savoir plus

20/07/2017 Afrique

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En Afrique du Sud, plus de 3 800 bébés sont abandonnés tous les ans. Un chiffre qui ne fait qu'augmenter, tandis que les adoptions sont de plus en plus difficiles à finaliser. Le...

En savoir plus

19/07/2017 Migrants

Crise migratoire : en Italie, de plus en plus de mineurs à prendre en charge

L'Italie est le pays d'Europe qui subit la plus grande pression migratoire. Depuis janvier, plus de 85 000 migrants ont débarqué sur ses côtes, un chiffre en hausse de 20 % par...

En savoir plus

18/07/2017 Ukraine

Ukraine : l'agent "Kateryna" devenue icône de la lutte anticorruption

"Stop à la corruption" : c'était LA promesse du gouvernement pro-européen qui fut nommé après la révolution ukrainienne de 2014. Depuis, l'Ukraine a réussi à se doter d'un bureau...

En savoir plus

17/07/2017 Iran

Iran : le bilan reste mitigé, deux ans après l'accord sur le nucléaire

En Iran, en 2015, la population était descendue en masse dans les rues pour fêter la levée à venir des sanctions. Mais deux ans plus tard, le bilan est mitigé. Certaines...

En savoir plus