Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

Afrique

Naomi Campbell citée à comparaître dans le procès de l'ex-président Charles Taylor

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2010

Le mannequin Naomi Campbell aurait reçu un diamant de la part de l'ex-président du Liberia. Un cadeau qui servirait de preuve à l'accusation qui espère faire condamner Charles Taylor pour trafic de diamants, entre autres chefs d'accusation.

AFP - L'accusation a demandé que le mannequin Naomi Campbell soit citée à comparaître dans le procès à La Haye de l'ex-président du Liberia Charles Taylor à propos d'un diamant que ce dernier lui aurait offert en 1997, dans une requête jeudi.

"Le témoignage de Mme Campbell est nécessaire parce qu'il y a des preuves que l'accusé a donné à Mme Campbell des diamants bruts en septembre 1997", affirme l'accusation dans une requête introduite auprès du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL).

L'accusation demande également au tribunal d'accepter d'entendre l'actrice Mia Farrow et l'agent du mannequin, Carole White. Les deux femmes étaient présentes à un dîner organisé par Nelson Mandela à l'issue duquel le diamant aurait été offert au mannequin britannique.

Mmes Farrow et White sont prêtes à témoigner devant le TSSL, assure l'accusation dans sa requête. Ce n'est pas le cas de Naomi Campbell pour laquelle une convocation officielle est nécessaire : le mannequin a déclaré publiquement ne pas vouloir être impliquée dans cette affaire, selon l'accusation.

M. Taylor s'était rendu en septembre 1997 en Afrique du Sud pour "vendre ou échanger contre des armes des diamants" reçus des rebelles sierra-léonais, selon l'accusation.

"Mme Farrow était présente à la réception à laquelle l'accusé a rencontré Mme Campbell et Mme Campbell lui a parlé du cadeau le matin après le dîner", assure l'accusation.

Charles Taylor, 62 ans, est accusé d'avoir dirigé en sous-main les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) en Sierra Leone, pays frontalier du Liberia, leur fournissant armes et munitions en échange de diamants notamment.

"Le témoignage de Mme Campbell constitue ++une question centrale++ dans l'affaire : la possession de diamants bruts par l'accusé", affirme l'accusation.

"En tant que bénéficiaire du cadeau de l'accusé, des diamants, Mme Campbell est clairement en mesure de fournir des preuves à propos de cet événement", est-il indiqué dans le document selon lequel "son témoignage soutient les charges de l'accusation".

Charles Taylor avait catégoriquement nié le 14 janvier lors de son procès, ouvert en janvier 2008, avoir donné un diamant au mannequin et assure n'avoir jamais été en possession de diamants bruts.

La requête de l'accusation "doit être approuvée par les juges et ensuite le greffe fera le nécessaire", a indiqué à l'AFP Solomon Moriba, un porte-parole du TSSL.

La défense de Charles Taylor présente ses éléments à décharge depuis le 13 juillet 2009. L'accusation, qui avait achevé en février 2009 la présentation de 91 témoins, a demandé aux juges d'être autorisée à présenter les témoignages des trois femmes.

Charles Taylor plaide non coupable de onze crimes, notamment des meurtres, viols et enrôlement d'enfants soldats durant la guerre civile en Sierra Leone qui a fait 120.000 morts et des milliers de mutilés entre 1991 et 2001.

Son procès a été délocalisé de Freetown à La Haye pour éviter tout risque de déstabilisation de la région.
 

Première publication : 20/05/2010

COMMENTAIRE(S)