Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Asie - pacifique

Calme précaire à Bangkok, l'armée traque les militants embusqués

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/05/2010

Au lendemain de l'assaut qui a conduit à la dispersion des "chemises rouges" retranchées dans le centre de Bangkok, la ville est sillonnée par les militaires. Le couvre-feu décrété hier par les autorités a été prolongé de trois jours.

AFP - Les soldats ont pris le contrôle jeudi du centre de Bangkok qui offrait un visage de désolation avec des centres commerciaux incendiés et des rues désertes au lendemain d'émeutes ayant suivi l'assaut meurtrier contre les "chemises rouges" thaïlandaises.

"Une atmosphère extrêmement pesante à Bangkok"

Un calme tendu régnait dans le centre-ville où aucun affrontement sérieux n'était signalé en milieu d'après-midi.

Mais le gouvernement a reconduit pour trois nuits le couvre-feu qui a permis, selon lui, de stopper les violences et les incendies allumés par les émeutiers la veille d'un quartier à l'autre.

"Il y a encore des militants armés, cachés dans des immeubles" aux alentours de la "zone rouge" évacuée la veille, a affirmé le porte-parole de l'armée, Sunsern Kaewkumnerd.

L'accès à la scène, toujours dressée au milieu de la "zone rouge", est limitée par une succession de barrages militaires.

Au total, 14 personnes, dont un photographe italien, ont été tuées et 91 blessées lors de l'assaut militaire qui a mis fin à deux mois de manifestations, selon un bilan officiel.

Plusieurs d'entre elles ont été tuées par balles mercredi soir autour du temple bouddhique érigé en sanctuaire pendant les violences, où plusieurs milliers de "rouges" avaient trouvé refuge.

Des cars et des trains ont été mis à leur disposition jeudi pour les raccompagner chez eux. La plupart sont originaires des régions agricoles et plutôt pauvres du nord et du nord-est où l'état d'urgence et le couvre-feu ont été également décrétés après des incendies de bâtiments officiels.

Le Premier ministre Abhisit Vejjajiva, dont les "rouges" exigeaient la démission, a appelé la population à lui faire confiance pour rétablir le calme. "Nous ramènerons la paix et nous nous relèverons", a-t-il assuré mercredi soir.

À la Une : Thaïlande, la fin des chemises rouges ?
Un chef rouge influent, Veera Musikapong, qui s'est rendu jeudi, a appelé les manifestants à poursuivre la lutte dans la non-violence car, a-t-il estimé, "la démocratie ne peut pas se bâtir sur la vengeance".

Les pompiers ont eu fort à faire pour éteindre les incendies de la Bourse, d'une télévision, de banques et de plusieurs centres commerciaux.

Le plus spectaculaire a dévasté Central World, le plus grand du royaume, qui menaçait de s'écrouler jeudi et ressemblait à un tas de ruines avec un vaste périmètre calciné et encore fumant.

Cet emblème de la "nouvelle Thaïlande", prospère et ouverte sur l'étranger, est devenu le symbole d'une capitale en feu au lendemain du mouvement politique le plus important depuis vingt ans.

Confinés chez eux jusqu'à 06H00 (23H00 GMT) par le couvre-feu, les habitants des quartiers les plus touchés sont sortis pour évaluer les dégâts. La plupart bénéficient d'une semaine fériée décrétée par le gouvernement, alors que les écoles, les administrations, les banques et la Bourse restaient fermées.

Sur le plan politique, une nouvelle période d'incertitude s'ouvre. "La reddition ne signifie pas la fin du conflit", a prévenu le quotidien The Nation.

Abhisit avait proposé le 3 mai des élections législatives anticipées à la mi-novembre, une initiative accueillie favorablement par l'ensemble de la classe politique. Mais il avait annulé cette offre dix jours plus tard, arguant que les "rouges" ne mettaient pas fin à leur mouvement.

FOCUS : Quelles conséquences auront ces heurts ?
La gravité de la crise, qui a fait au moins 82 morts et plus de 1.800 blessés depuis la mi-mars, risque d'accentuer les divisions déjà profondes de la société thaïlandaise.

Masses rurales et classes populaires des environs de la capitale s'estiment privées des fruits du boom économique et méprisées par les élites de Bangkok, que symbolise selon elles Abhisit.

Les Etats-Unis, l'ONU, l'Union européenne et le Japon ont exhorté les responsables thaïlandais à trouver un règlement pacifique.

 

Première publication : 20/05/2010

  • Bangkok dans le chaos

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Quelques clés pour comprendre la crise thaïlandaise

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Grièvement blessé à Bangkok, le journaliste Nelson Rand se porte bien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)