Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Sepp Blatter : "Envers et contre tous"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Climat : "Tout ce qui n'est pas durable pèsera un jour sur l'entreprise"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Baccarat, la haute couture du cristal

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boycott de la Fifa : "Toutes les options sont sur la table", prévient Platini

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fifagate : l'Afrique du Sud rejette les accusations autour du Mondial-2010

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Malaise chez les sponsors de la FIFA

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA: Sepp Blatter se pose en victime

En savoir plus

POLITIQUE

La République et la gauche : deux visions en confrontation (partie 2)

En savoir plus

Economie

Angela Merkel, ce "cow-boy solitaire"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/05/2010

La chancelière allemande, dont les atermoiements au début de la crise grecque ont suscité l'ire de la presse, fait encore l'objet de critiques. En cause : sa décision d'interdire certaines transactions sur les marchés. Contre l'avis de tous.

La presse allemande se perd en conjectures : quelle mouche a bien pu piquer Angela Merkel ? Dans les faits, tous les journaux - qu'ils soient de gauche, de droite ou apolitiques - sont d’accord : annoncer unilatéralement, et à la surprise européenne générale, l’interdiction de certaines transactions à risque en Bourse n’est pas très malin.

Pour illustrer la décision de la chancelière allemande, le site de la chaîne d’information N-TV a choisi l’image d’un cow-boy solitaire sur un cheval fatigué… Dans son édition de vendredi, le quotidien de droite "Frankfurter Allgemeine" se désole : "Avec cette affaire, Angela Merkel se retrouve toute seule et ne pourra s’appuyer sur aucun partenaire européen si son initiative se révèle être un fiasco complet". Plus ironique, le quotidien de gauche "Suddeutsche Zeitung" (SZ) estime que "choquer tous ces partenaires est une drôle de manière de vouloir réaffirmer un leadership sur la scène européenne".

Mais plus que l'isolement auquel s'expose Berlin, ce sont les motifs supposés de ce volontarisme soudain qui jettent le trouble chez les commentateurs alllemands. À l'instar du quotidien économique "Handelsblatt", de nombreux titres de la presse allemande affirme qu'Angela Merkel, dont les atermoiements au début de la crise grecque lui avait valu une salve de critiques, a voulu agir vite. Trop vite. Las, "la chancelière apparaît une nouvelle fois comme celle qui déstabilise la zone euro et les marchés", conclut le journal.

"Rêverie à la française"

Même son de cloche au "Suddeutsche Zeitung" pour qui cet empressement prouve qu'Angela Merkel "est dépassée par les événements, ce qu’elle ne voulait justement pas reconnaître". Le "Frankfurter Allgemeine" invoque, quant à lui, des impératifs de politique intérieure. "Cette mesure d’inspiration de gauche peut être un geste envers l’opposition pour qu’elle soutienne son plan de sauvetage économique", souligne le quotidien libéral.

Seul motif de satisfaction pour une partie de la presse : l’agacement de Paris. Angela Merkel s’est adonnée à une "rêverie à la française", titre ainsi la "Suddeutsche Zeitung". Le journal note que c’est d’ordinaire la France qui surprend ces voisins avec des déclarations à l’emporte-pièce. "Pour une fois, ils vont comprendre ce qu’on ressent quand on est pris de court", s’amuse le quotidien. Une bien maigre consolation pour la chancelière puisque, comme le rappelle un sondage du quotidien "Die Zeit", 63 % des Allemands estiment qu’elle a perdu le contrôle de son gouvernement.

Première publication : 21/05/2010

  • MARCHÉS

    Sarkozy nie tout désaccord avec Merkel sur la crise de la zone euro

    En savoir plus

  • FINANCE

    Les pays de l'UE s'accordent pour mieux encadrer les fonds spéculatifs

    En savoir plus

  • CRISE DE LA ZONE EURO

    Ces économistes qui ne voient pas le bout du tunnel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)