Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

EUROPE

David Cameron affirme vouloir une zone euro "forte et stable"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2010

Après son passage à Paris hier, David Cameron est à Berlin. Le nouveau chef du gouvernement britannique a assuré, à l'issue de son entretien avec Angela Merkel, qu'il souhaitait une zone euro "forte et stable".

AFP - Le Premier ministre britannique David Cameron a assuré vendredi à Berlin qu'il souhaitait une zone euro "forte et stable" à l'issue d'un entretien avec la chancelière Angela Merkel, sans dissimuler ses réserves sur la régulation des marchés financiers.


"Nous voulons une zone euro forte et stable", essentielle pour le commerce extérieur britannique, a indiqué M. Cameron au cours d'une conférence de presse commune. "C'est dans notre intérêt", a-t-il insisté, après avoir tenu des propos similaires la veille devant le président français Nicolas Sarkozy.

Berlin est le deuxième déplacement à l'étranger, depuis son élection, de M. Cameron, après son passage à Paris jeudi soir.

Mais, s'il a promis participer à la préparation du sommet du G20 prévu fin juin, le Premier ministre britannique a fait part de ses réserves sur la régulation des marchés financiers, dont la chancelière allemande veut faire son cheval de bataille à cette réunion.

Concernant les fonds spéculatifs, dont le projet de régulation adopté mardi doit encore être discuté par les députés européens, M. Cameron a affirmé que la Grande-Bretagne, d'où sont gérés une grande majorité des fonds européens, avait des "inquiétudes".

Sur les ventes à découvert partiellement interdites mercredi par l'Allemagne à la surprise générale, le conservateur n'a pas directement critiqué la décision de Berlin mais indiqué qu'il fallait traiter les "causes" des problèmes économiques, et non "les symptômes".

David Cameron a enfin insisté à plusieurs reprises, conformément à son accord de coalition avec les libéraux-démocrates, qu'il s'opposerait à tout traité transférant de nouveaux pouvoirs à Bruxelles.

"La Grande-Bretagne n'est pas dans l'euro et ne va pas rejoindre l'euro, et donc la Grande-Bretagne n'approuverait pas un quelconque arrangement qui nous amènerait à soutenir la zone euro", a précisé le Premier ministre britannique.

 

Première publication : 21/05/2010

  • ALLEMAGNE

    Angela Merkel, ce "cow-boy solitaire"

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    Sarkozy nie tout désaccord avec Merkel sur la crise de la zone euro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)