Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

FRANCE

Le vol de tableaux au Musée d'art moderne force les musées à s'interroger sur leur vulnérabilité

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 21/05/2010

Le vol dans la nuit de mercredi à jeudi au Musée d'art moderne de la Ville de Paris de cinq toiles de maîtres, estimées à plusieurs centaines de millions d'euros, relance la polémique sur la sécurité des musées.

Rien ne va plus dans le monde de l’art. Après le vol d’un carnet de dessins signé Picasso en juin 2009, le vol d’un tableau de Degas à Marseille en décembre, ce sont cinq tableaux de maîtres qui ont été dérobés dans la nuit de mercredi à jeudi au Musée d’art moderne de la ville de Paris. L’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), chargé de l’enquête, est sur les dents. Et les musées sur les rotules.

La France, mauvaise élève…

Fric-frac au musée : un coup de maître ?

Car ces disparitions crapuleuses mettent en lumière les failles des systèmes de sécurité des conservatoires français. "Ce sont environ 30 œuvres qui sont volées chaque année", confie Daniel Herman, adjoint au maire de Marseille, délégué aux musées. "C’est vraiment épouvantable", se désole-t-il en pointant du doigt l’inefficacité des alarmes. "Le temps de descendre, quand une alarme se déclenche: il est trop tard. Et parfois, elle ne se déclenche même pas, prenez l’exemple de Paris", ironise-t-il.

Selon lui, un système totalement électronique "avec des puces pour suivre tous les tableaux", aidé d’un personnel mieux formé et de caméras plus performantes (capables de couvrir tous les angles d’une pièce) serait le meilleur moyen de se parer contre les vols. Il s’étonne encore que les petits tableaux ne soient pas mieux protégés, "il suffirait de poser des vitrines, en verre très épais, pour dissuader les voleurs", argumente-t-il. Des revendications qui vont dans le sens d’une augmentation des subventions. "Mais on n’a pas le choix: nous allons au devant de graves ennuis sans cela".

… ou victime de coups de maîtres?

Pourtant, la France a déjà œuvré dans le sens de la protection de son patrimoine. En 2007, Christine Albanel, alors ministre de la Culture, avait souhaité que les musées soient entretenus régulièrement et modernisés, que les personnels suivent des stages spécialisés ; elle avait même envisagé des subventions dans le cas ou des aménagements seraient nécessaires. Ces décisions faisaient suite à un incident: un coup de poing porté dans un tableau de Monet ("Le Pont d’Argenteuil") au musée d’Orsay.
Bien avant cela, dans les années 1990, la direction des musées de France avait mis sur pied deux nouvelles "missions sécurité". La première, constituée de deux officiers de police, est chargée de la protection des lieux de culture en matière de vol. La deuxième, confiée à deux officiers des Pompiers de Paris, est centrée sur la prévention des incendies.
Deux mises en place inédites en Europe selon le commandant Tubiana, l’un de ces deux fonctionnaires de police détaché à "temps complet" au ministère de la Culture.


Lui se veut rassurant. "Les musées en France sont sécurisés au maximum. Nous menons régulièrement des audits dans les lieux de patrimoine français, nous améliorons à chaque fois les petits défauts de leurs systèmes de sécurité. Le programme de mise en place de puces électroniques est à l’étude", explique-t-il. "Mais vous savez, il n’existe pas de risque zéro et le travail est immense et les voleurs extrêmement habiles... Notre travail consiste à retarder au maximum leur intrusion". Il n’en dira pas plus sur le système de puces pour ne pas "dévoiler ses secrets à des trafiquants toujours plus professionnels".

Paris, une ville d’art à part

Sur les 1 200 musées nationaux, les lieux de culture à Paris font office d’exception en raison du nombre important de visiteurs et de la valeur inestimable des œuvres qu’abrite la ville.
"Il faut replacer le vol dans son contexte. A Paris, les musées sont étroitement surveillés, les moyens ne sont pas les mêmes qu’en province. Mais les voleurs non plus...", note le commandant Tubiana. Ce vol-là, relève sans doute du grand banditisme en raison de la sophistication extrême du cambriolage. "Il y avait à la ronde de nuit, trois professionnels de la sécurité sur place qui n’ont rien vu", indique Christophe Gérard, adjoint au maire de Paris chargé de la Culture.
On ne peut que spéculer sur l’avenir des tableaux. Si les experts estiment qu’ils sont invendables, la possibilité d’un "chantage à l’assurance", où les œuvres seraient revendues à la moitié de leur valeur aux assureurs, n’est pas exclue (voir vidéo ci-dessus).
Impossible d'obtenir le moindre commentaire du Musée d'art moderne de la Ville de Paris, dirigé par Fabrice Hergott, la communication étant entièrement centralisée par l'Hôtel deVille.
Pas de commentaire non plus du ministère de la Culture, où l’on souligne que le vol est intervenu dans un musée municipal et non de l’état.

Première publication : 21/05/2010

  • ART

    Cinq toiles de maîtres volées au Musée d'art moderne de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)