Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

FRANCE

Le parquet cible Continental et le "père" du Concorde

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2010

Après trois mois et demi de procès, le parquet a requis deux ans de prison avec sursis contre le directeur du programme Concorde de 1978 à 1994 à l'Aérospatiale, devenue EADS et 175 000 euros d'amende à l'encontre de Continental Airlines

AFP - Le parquet a requis vendredi 175.000 euros d'amende à l'encontre de Continental Airlines au procès du crash du Concorde d'Air France, et 2 ans de prison avec sursis contre le "père" du supersonique Henri Perrier, ex-cadre d'Aérospatiale.

Le procureur, Bernard Farret, a estimé que la compagnie américaine était responsable de l'accident qui avait fait 113 morts à Gonesse (Val-d'Oise) le 25 juillet 2000, à cause d'une lamelle perdue par un de ses avions qui avait décollé avant le supersonique. Il a épinglé la "maintenance générale défectueuse" de ses DC10.

Il a requis une peine de 18 mois de prison avec sursis pour deux de ses employés, John Taylor, un chaudronnier qui a d'après lui mal fixé la lamelle, et contre son chef d'équipe Stanley Ford, qui n'a pas contrôlé son travail.

Contre Henri Perrier, ex-directeur du programme Concorde chez Aérospatiale, le procureur a requis 24 mois de prison avec sursis.

M. Farret a en revanche demandé la relaxe des deux autres prévenus français, Jacques Herubel, qui était "sous l'autorité" de M. Perrier, et Claude Frantzen, ex-cadre de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC).

Pour les quatre prévenus dont il a estimé établie la responsabilité pénale, le procureur a requis en outre "1.000 euros d'amende par contravention", c'est-à-dire par personne ayant subi du fait de l'accident une incapacité totale de travail de moins de huit jours.
 

Première publication : 21/05/2010

  • CONCORDE

    De la naissance d'un joyau de l'aéronautique au procès du crash

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)