Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

FRANCE

Le parquet cible Continental et le "père" du Concorde

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2010

Après trois mois et demi de procès, le parquet a requis deux ans de prison avec sursis contre le directeur du programme Concorde de 1978 à 1994 à l'Aérospatiale, devenue EADS et 175 000 euros d'amende à l'encontre de Continental Airlines

AFP - Le parquet a requis vendredi 175.000 euros d'amende à l'encontre de Continental Airlines au procès du crash du Concorde d'Air France, et 2 ans de prison avec sursis contre le "père" du supersonique Henri Perrier, ex-cadre d'Aérospatiale.

Le procureur, Bernard Farret, a estimé que la compagnie américaine était responsable de l'accident qui avait fait 113 morts à Gonesse (Val-d'Oise) le 25 juillet 2000, à cause d'une lamelle perdue par un de ses avions qui avait décollé avant le supersonique. Il a épinglé la "maintenance générale défectueuse" de ses DC10.

Il a requis une peine de 18 mois de prison avec sursis pour deux de ses employés, John Taylor, un chaudronnier qui a d'après lui mal fixé la lamelle, et contre son chef d'équipe Stanley Ford, qui n'a pas contrôlé son travail.

Contre Henri Perrier, ex-directeur du programme Concorde chez Aérospatiale, le procureur a requis 24 mois de prison avec sursis.

M. Farret a en revanche demandé la relaxe des deux autres prévenus français, Jacques Herubel, qui était "sous l'autorité" de M. Perrier, et Claude Frantzen, ex-cadre de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC).

Pour les quatre prévenus dont il a estimé établie la responsabilité pénale, le procureur a requis en outre "1.000 euros d'amende par contravention", c'est-à-dire par personne ayant subi du fait de l'accident une incapacité totale de travail de moins de huit jours.
 

Première publication : 21/05/2010

  • CONCORDE

    De la naissance d'un joyau de l'aéronautique au procès du crash

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)