Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Les prisonniers de Bagram ne pourront pas saisir la justice américaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2010

Contrairement à ceux de Guantanamo, les prisonniers de Bagram, en Afghanistan, ne devraient pas avoir accès aux tribunaux fédéraux américains pour contester leur détention. La cour fédérale de Washington a annoncé cette décision vendredi.

AFP - La cour d'appel fédérale de Washington a décidé vendredi que les détenus de la prison de Bagram en Afghanistan n'avaient pas accès aux tribunaux fédéraux américains pour contester leur détention au civil, comme peuvent le faire les détenus de Guantanamo.

Dans une décision unanime des trois juges qui avaient examiné l'affaire en janvier, la cour a renversé le jugement de première instance autorisant les détenus de Bagram non afghans ou n'ayant pas été arrêtés en Afghanistan à saisir la justice américaine pour qu'elle examine le bien-fondé de leur détention.

Tout prisonnier a droit, en droit américain, à contester sa détention en vertu de la procédure au civil appelée Habeas corpus et fondatrice du droit anglo-saxon. La Cour suprême a étendu ce droit en 2008 aux détenus de Guantanamo, dont plusieurs dizaines ont depuis été déclarés libérables par des tribunaux fédéraux.

Très sensible au moment où les Etats-Unis sont en train de transférer l'autorité de la prison de Bagram au gouvernement afghan, la question devrait atterrir dans les prochains mois sur le bureau des neuf juges de la Cour suprême.

L'argument principal développé par la cour pour débouter les deux détenus yéménites et le Tunisien qui avaient fait appel est que la situation de la prison située sur la base militaire américaine de Bagram à 50 km au nord de Kaboul est fondamentalement différente de celle de la base navale de Guantanamo à Cuba.

Certes, les deux font l'objet d'un bail de location mais, affirme la cour, "les Etats-Unis ont maintenu leur souveraineté sur la base navale de Guantanamo depuis plus d'un siècle (...), à Bagram, il n'y a aucune indication qu'ils aient l'intention de s'y établir de manière permanente".

Les magistrats ancrent leur position dans une différence de taille: Bagram est situé sur le champ de bataille, au coeur de la guerre, quand Guantanamo ne l'est pas.

En réponse aux détracteurs de l'Etat fédéral américain assurant que l'administration Bush, puis Obama, a commencé à transférer des prisonniers à Bagram lorsqu'il s'est avéré qu'il n'était plus possible de le faire à Guantanamo, les juges estiment que "ce n'est pas étayé par des preuves, ce n'est pas étayé par la raison".

Ils rappellent en outre que "le centre de détention (de Bagram) est sous l'autorité d'un autre pays, ce qui créé en soi des difficultés pratiques".

"Sans pouvoir certifier que donner des droits constitutionnels aux détenus de Bagram risque de gêner la relation (des Etats-Unis avec le gouvernement afghan), nous ne pouvons pas non plus savoir avec certitude qu'elle serait la réaction de l'Afghanistan", conclut-elle.

Environ 675 prisonniers sont actuellement enfermés sur la base militaire américaine de Bagram, dans des bâtiments flambant neufs qui ont coûté 67 millions de dollars. Parallèlement à son action devant les tribunaux, l'administration Obama a annoncé en septembre 2009 que les détenus disposeraient du droit de contester leur détention devant un conseil militaire chargé du réexamen de leur situation.

 

Première publication : 22/05/2010

  • DIPLOMATIE

    Obama reçoit Karzaï pour relancer des relations difficiles

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Bush savait la plupart des détenus de Guantanamo innocents, selon l'ex-bras droit de Powell

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)