Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les prisonniers de Bagram ne pourront pas saisir la justice américaine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2010

Contrairement à ceux de Guantanamo, les prisonniers de Bagram, en Afghanistan, ne devraient pas avoir accès aux tribunaux fédéraux américains pour contester leur détention. La cour fédérale de Washington a annoncé cette décision vendredi.

AFP - La cour d'appel fédérale de Washington a décidé vendredi que les détenus de la prison de Bagram en Afghanistan n'avaient pas accès aux tribunaux fédéraux américains pour contester leur détention au civil, comme peuvent le faire les détenus de Guantanamo.

Dans une décision unanime des trois juges qui avaient examiné l'affaire en janvier, la cour a renversé le jugement de première instance autorisant les détenus de Bagram non afghans ou n'ayant pas été arrêtés en Afghanistan à saisir la justice américaine pour qu'elle examine le bien-fondé de leur détention.

Tout prisonnier a droit, en droit américain, à contester sa détention en vertu de la procédure au civil appelée Habeas corpus et fondatrice du droit anglo-saxon. La Cour suprême a étendu ce droit en 2008 aux détenus de Guantanamo, dont plusieurs dizaines ont depuis été déclarés libérables par des tribunaux fédéraux.

Très sensible au moment où les Etats-Unis sont en train de transférer l'autorité de la prison de Bagram au gouvernement afghan, la question devrait atterrir dans les prochains mois sur le bureau des neuf juges de la Cour suprême.

L'argument principal développé par la cour pour débouter les deux détenus yéménites et le Tunisien qui avaient fait appel est que la situation de la prison située sur la base militaire américaine de Bagram à 50 km au nord de Kaboul est fondamentalement différente de celle de la base navale de Guantanamo à Cuba.

Certes, les deux font l'objet d'un bail de location mais, affirme la cour, "les Etats-Unis ont maintenu leur souveraineté sur la base navale de Guantanamo depuis plus d'un siècle (...), à Bagram, il n'y a aucune indication qu'ils aient l'intention de s'y établir de manière permanente".

Les magistrats ancrent leur position dans une différence de taille: Bagram est situé sur le champ de bataille, au coeur de la guerre, quand Guantanamo ne l'est pas.

En réponse aux détracteurs de l'Etat fédéral américain assurant que l'administration Bush, puis Obama, a commencé à transférer des prisonniers à Bagram lorsqu'il s'est avéré qu'il n'était plus possible de le faire à Guantanamo, les juges estiment que "ce n'est pas étayé par des preuves, ce n'est pas étayé par la raison".

Ils rappellent en outre que "le centre de détention (de Bagram) est sous l'autorité d'un autre pays, ce qui créé en soi des difficultés pratiques".

"Sans pouvoir certifier que donner des droits constitutionnels aux détenus de Bagram risque de gêner la relation (des Etats-Unis avec le gouvernement afghan), nous ne pouvons pas non plus savoir avec certitude qu'elle serait la réaction de l'Afghanistan", conclut-elle.

Environ 675 prisonniers sont actuellement enfermés sur la base militaire américaine de Bagram, dans des bâtiments flambant neufs qui ont coûté 67 millions de dollars. Parallèlement à son action devant les tribunaux, l'administration Obama a annoncé en septembre 2009 que les détenus disposeraient du droit de contester leur détention devant un conseil militaire chargé du réexamen de leur situation.

 

Première publication : 22/05/2010

  • DIPLOMATIE

    Obama reçoit Karzaï pour relancer des relations difficiles

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Bush savait la plupart des détenus de Guantanamo innocents, selon l'ex-bras droit de Powell

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)